Gaston Menier,
son oeuvre et ses passions.

Le livre en vente


 

Jean- Antoine Brutus Menier

 

Réclame parlée de 1898 gravée sur cylindre Lioret et positionnée au coeur de kiosques musicaux. (Collection Julien Anton)

Saga Menier ou l'égrenage des générations et temporalités : "arrière, arrière, arrière, arrière, arrière", ce son obscur du tombeau et des temps révolus, qui exprimait cependant un rapport pieusement entretenu entre le présent, ma propre vie et ses choses profondément ensevelies [...]. En percevant ce son, il me semblait ressentir le souffle des lieux qui vous incitent à une certaine démarche déférente et penchée, le chapeau à la main, sur la pointe des pieds, je croyais aussi entendre le silence lointain et abrité de ces lieux aux échos sonores, des sensations dévotieuses se mêlaient au son des syllabes sourdes, aux pensées de la mort et de l'histoire, et tout cela me semblait, en quelque sorte bienfaisant.
(Thomas Mann : La montagne magique)


Tôle bichromatée avec vis de fixation regroupant les Ordres nationaux obtenus par les 3 premières générations productrices de chocolat Menier à Paris et à Noisiel. Une seule date signifie l'obtention de la distinction de Chevalier de la Légion d'Honneur, la deuxième étant celle d'Officier de la Légion d'Honneur. Ce tableau récapitulatif devait être présent dans diverses expositions auxquelles participaient les Menier. Au XXe siècle, l'institution de la Légion d'Honneur épinglera : une nouvelle fois Henri Menier, Commandeur; Jacques Menier, Chevalier; Georges Menier, Officier; Antoine Menier, Chevalier. Tous les dirigeants de la firme, à l'exception d'Hubert, furent distingués dans l'ordre de la Légion d'Honneur. D'innombrables accessits furent attribués aux diverses activités que les Menier entreprirent durant plus d'un siècle de présence à Noisiel, une vitrine regroupant l'ensemble des décorations et encouragements est visible aux archives patrimoniales de la ville de Noisiel, un clic sur la photo vous permettra d'accéder à celle-ci. Les Menier accumulèrent bien d'autres vitrines, immobilières celles-ci, et tout au long de leur existence ; la plus prestigieuse teintée d'attachement national, en Val de Loire : le château de Chenonceau et les plus représentatives de leur réussite sociale au cœur de paris : l'hôtel Emile Justin Menier, 5, avenue Van Dyck ; les hôtels Gaston Menier, 61, rue de Monceau et 4, avenue Ruysdael ; l'hôtel Henri Menier, 8, rue Alfred de Vigny ; l'hôtel (de Jarnac) Georges Menier, 8, rue Monsieur; Jacques Menier, 46 avenue d'Iéna.


Buste en marbre blanc sur piédouche en marbre gris représentant Gaston Menier dirigeant en 1913 la Chocolaterie du même nom et petit-fils du fondateur ; Jean-Antoine Brutus Menier. Cette sculpture de 1900 est signée Denys Puech.
Le dernier propriétaire de ce buste fut Serge Couzigou qui créa le musée de Chocolat de Biarritz et qui malheureusement dut fermer ses portes en 2018. Je n'ai pas la preuve formelle, juste l'affirmation du revendeur ; mais l'idée me séduit car cohérente, alors j'espère valoriser au mieux une partie de notre patrimoine national comme l'aurait souhaité Serge Couzigou.

Denys Puech est un sculpteur français né le 3 décembre 1854 à Gavernac, décédé le 9 décembre 1942. Il apprend le travail du marbre dès 1872 chez François Mahoux, un artiste marbrier. Puech poursuit sa formation à l'École des Beaux-Arts de Paris. Là-bas il sera l'élève de François Jouffroy puis d'Alexandre Falguière et d'Henri Chapu. Il va se distinguer et obtenir de nombreux prix académiques notamment le prix de Rome, il deviendra le directeur de cette institution (Académie des Beaux-Arts de la villa Médicis) de 1921 à 1933. Les bustes constituent la première et principale production de Puech. On la lui a beaucoup reprochée, comme une œuvre facile, de peu d'effort et de grand rapport. Les bustes de quelques compatriotes aveyronnais ont été les premières commandes du jeune sculpteur récemment arrivé à Paris ; ce fut ses premiers gains, pas étonnant que le sculpteur ait continué dans la voie ainsi ouverte. Ces travaux délicats, de dimensions restreintes, où la pensée se concentre dans quelques traits ou dans quelques lignes, conviennent d'ailleurs à sa tournure d'esprit et à son genre de talent. Puech n'a guère le sens de la sculpture architecturale ; les grandes compositions effrayent sa nature, il devait donc se complaire dans la perfection de bustes principalement féminins mais également d'industriels, de professeurs, de savants, de politiques, 72 bustes en marbre sortiront de son atelier. Gaston menier était un collectionneur invétéré, il offrit en 1904 à Denys Puech une estampe de Jean-Marc Nattier représentant la comtesse de Caumartin extraite de sa collection personnelle, prouvant ainsi son admiration à celui qui immortalisa ses traits dans le marbre.(Gaston Menier possédait également le tableau qui fut à son décès mis en vente). Gaston Menier envisageait-il sa future admission au sein du sénat, s'imaginait-il un destin hors du commun autorisant son buste à intégrer La galerie des Bustes du sénat? Denys Puech avait déjà fait pénétrer Jules Ferry dans cette prestigieuse galerie, sculpteur agréé de la 3 ième République, il ouvrait en quelque sorte le chemin au futur sénateur Gaston Menier; restait à ce dernier à accomplir son œuvre.


Liste arrêtée en 1908 des 72 bustes en marbre réalisés

GASTON MENIER POLITICIEN

Gaston Menier né à Paris en 1855 est décédé en 1934. Il avait 22 ans quand éclata le coup d'état du 16 mai 1877. Son père, Emile Justin, représentait à cette époque l'arrondissement de Meaux à la chambre des députés et faisait partie de cette majorité républicaine que le gouvernement Mac-Mahon pensa briser en faisant solennellement appel au pays. Au temps de la petite enfance de Marcel Proust, "tout ce qui appartenait à la société conservatrice était mondain, et dans un salon bien posé on n'eût pas pu recevoir un républicain. Les personnes qui vivaient dans un tel milieu s'imaginaient que l'impossibilité de jamais invité un "opportuniste", à plus forte raison un affreux "radical", était une chose qui durerait toujours"." Chassez-nous " disait alors Gambetta, " nous sommes 363 mais nous serons 400 quand nous reviendrons ". La Chambre fut dissoute, de nouvelles élections eurent lieu et le suffrage universel donnant raison à Gambetta, envoya 400 députés républicains, dont Emile Justin Menier, siéger au parlement. Gaston Menier venait d'achever son service militaire aux hussards et s'apprêtait à reprendre sa place, auprès de ses frères, à la tête des établissements paternels ; il se passionna dès sa vingtième année pour les idées républicaines et involontairement entra en politique. Gaston Menier fit ses études au lycée Condorcet, les diplômes en poche il second son père dans la direction des établissements que ce dernier possède en France, en Angleterre et au Nicaragua, ici comme ingénieur, là comme commerçant, là-bas comme agronome et collaborateur, entre temps, aux ouvrages que son père faisait paraitre sur l'agriculture, les finances et l'économie politique. Membre de la société des ingénieurs civils depuis 1877, il recherche les progrès à apporter aux voies de communication : routes, chemins de fer, ponts, rivières et notamment la navigation sur la marne.

Gaston Menier sortant de son véhicule vers 1933

A partir de 1878 il collabore activement aux nombreuses expositions universelles comme exposant, membre du jury ou membre des comités d'organisation, tant pour l'industrie de l'alimentation que pour l'économie sociale. La croix de chevalier de la légion d'honneur en 1883, celle d'officier en 1891 viennent récompenser sa carrière au service d'une suprématie française face aux nations rivales. C'est en 1882 que commence timidement sa carrière politique, comme conseiller puis maire de Lognes en 1892. Les circonstances de 1891, avec le décès de Foucher de Carel, lui ouvre les portes du conseil général du canton de Lagny. Comme conseiller général et nouveau propriétaire du château de Rentilly il se fait remarquer par une grande pugnacité à satisfaire la population de seine et marne dans ses préoccupations quotidiennes, les questions de travail, de logement, de chemin de fer, n'est-il pas le mieux placé en tant que dirigeant de la plus grande chocolaterie du monde pour étudier et savoir ce qui serait le plus bénéfique pour les uns et les autres? En 1891 la députation n'est pas à l'ordre du jour, malgré les courriers l'incitant à franchir le pas, Gaston Menier reste inflexible. Dans un courrier de juin 1991, en réponse à une sollicitation émanant de Boutigny, en Seine et marne, il décline toute velléité nationale, il faudra attendre quelques années pour que Gaston Menier franchisse le Rubicon. En 1898 il sera élu député de la 1ère circonscription de l'arrondissement de Meaux face à Mr Derveloy avec 6.635 voix contre 6.406 pour son adversaire; occasion probable de graver dans le marbre son accession à la députation? Gaston Menier s’intéresse à toutes les questions sociales et économiques.Il soutient et fait adopter une loi (1904) instituant une caisse de pensions pour les anciens députés, leurs veuves et leurs orphelins mineurs. Caisse alimentée par une cotisation de 15 francs par mois, prélevée sur l'indemnité des députés et par des dons ou legs. Il fait partie de toutes les grandes commissions et disciple de Waldeck-Rousseau, dont il était l’ami. Il sera réélu en 1902 et 1909, date à laquelle il devient sénateur. L'accession à la chambre haute, qu'est le Sénat, est à l'origine d'un événement singulier ; en 1909 Gaston Menier est alors membre de l'Alliance républicaine démocratique qui apporte alors son soutien à M. Delpeuch au poste de député de la 1ère circonscription de Meaux resté vacant. Mais Gaston Menier réagit vivement et remet sa la lettre de démission à M. Adolphe Carnot, président de l'Alliance sans omettre d'en préciser les motifs : " tous les républicains de la 1ère circonscription de Meaux et moi-même, avons été surpris de voir la candidature de M. Delpeuch soutenue, dès la première heure, par un organe local notoirement clérical et réactionnaire ". Position laïque mettant fin aux ambiguïtés et qui cantonne de facto le cultuel à la périphérie de Noisiel.
Sénateur, Gaston Menier sera également : vice-président de la Commission de l'armée et président du groupe de l'aviation, il présidera l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures ainsi que le Conseil d'administration du Conservatoire des Arts et Métiers.

Gaston Menier fut successivement propriétaire de 2 hôtels parisiens : dernier en date, rue de Monceau, et avenue de Ruysdael. Le premier au 61 rue de Monceau, fut construit en 1890 par Charles Garnier pour Abraham de Camondo qui le revendit presque aussitôt à Gaston Menier. Le second, avenue de Ruysdael, est l'oeuvre de l’architecte Jules Pellechet en 1875. C'est dans cet hôtel que Julie Rodier, femme de Gaston Menier s'éteindra le 5 février 1892, juste après la naissance de son second fils Jacques. Événement qui affecta durablement Gaston (comme celui-ci le coucha dans ses mémoires), il quitta les lieux après 19 ans de bonheur pour emménager au 61 rue de Monceau la même année.

En 1913 Gaston Menier prend le contrôle de la chocolaterie après la mort de son frère aîné Henri dont il hérite de la "nue-propriété" du château de Chenonceau et de l'île d'Anticosti, laissant l'usufruit soit une somme viagère de 360.000 fr. à Thyra Seillière, veuve d'Henri, en application d'un testament laissé par le défunt et daté du 24 août 1913. En ce début de siècle, cette troisième génération possède une fortune colossale qui en fait l'une des dix plus riches de France ; mais les innovations d'envergure ont cessé et l'entreprise rentre de plain-pied dans la première guerre mondiale. Gaston Menier et Jean Jaurès auront pourtant participé en vain au comité permanent pour la paix, institué par la conférence franco-allemande de Berne en 1913 ; première conférence des parlementaires français et allemands fermement attachés à la paix. En marge de la conférence de Berne : dans l'après-midi, Jean Jaurès et Gaston Menier se promenèrent de concert. Au cours de cette promenade, Jaurès témoigna pour la Suisse d'une admiration que Gaston Menier ne paraissait pas partager. D'ailleurs Gaston Menier gardait un front soucieux. Soudain prenant le bras de Jaurès il indiqua du doigt un point à l'horizon et gravement, de façon prémonitoire, il dit " Jaurès voilà le danger ". Alors, Jaurès regarda. A l'horizon se dressait une immense affiche qui dessinait une montagne sur un ciel rouge. Aux flancs de la montagne un vacher conduisait son troupeau. Et au-dessous flamboyaient ces mots : " L'avenir appartient au chocolat Suchard ". Car au même moment la concurrence, qui était basée sur un produit identique, à savoir : le chocolat de santé ou à cuire, allait s'internationaliser et s'amplifier par la production de chocolats fins, plus sophistiqués et au lait. Démarche progressive qui rognera sur les marchés de l'entreprise Menier malgré les dépôts de nouvelles marques dès 1924 avec Rialta et Jolta ; 1926 avec Marna ; 1930 avec Malakoff et fondant au lait.

Le mal dont souffrait l'entreprise datait déjà de quelques années ; dès 1904, les publicitaires s'interrogent sur le manque de dynamisme et de renouvèlement de la marque : " Nous posons la question : Supposez le produit le plus connu, dont la réputation semble définitive et complète, le Chocolat Menier, par exemple, dont la publicité se borne à répéter sans cesse : "Chocolat Menier, 50 Tonnes par jour", et dites-nous, étant donné qu'il y a une vente en France pour vingt fois plus de chocolat que n'en vend le Chocolat Menier, si l'on ne vendrait pas de plus grandes quantités de ce produit, s'il faisait des annonces originales, frappantes, variées, au lieu de son sempiternel cliché? La paresse pour cette marque, n'est peut-être pas le facteur de l'inaction, mais c'est alors la routine, et les deux sont, nous le répétons, les conseillers de la défaite et de la ruine." (La Publicité : journal technique des annonceurs)

Ce conflit, qui touche dès lors Noisiel, révèle les qualités patriotiques de la famille Menier. La maison de retraite Claire Menier construite en 1902 sert d'hôpital militaire, ce qui permettra au collège de Meaux, transformé en hôpital auxiliaire, de rouvrir immédiatement. Chenonceau participera à l'effort et abritera jusqu'à 120 lits en 1914. Cette même année, William Thaw, l'un des premiers américains aviateur, offrit ses services comme aviateur à la France quelques jours seulement après le début des hostilités. Son offre ayant été rejetée, il s'engagea dans la Légion Étrangère pour la durée de la guerre. D'autres Américains s'engagèrent dans la Légion Étrangère en août 1914. Dès lors, le souhait de former une seule escadrille regroupant les aviateurs américains en France s'installa dans l'esprit de chacun, cette idée indisposa les autorités militaires françaises qui ne donnèrent aucune suite favorable au projet. Il fallut attendre l'intervention des politiques et en particulier : Gaston Menier, Sénateur, et de Jarousse de Sillac, du Ministère des Affaires Étrangères, pour voir la formation d'une Escadrille composée entièrement d'Américains. L'Escadrille Lafayette vit donc le jour, à Luxeuil-les-Bains avec à sa tête deux officiers français, tous deux pilotes expérimentés, le Capitaine Georges Thenault et le Lieutenant Alfred de Laage de Meux.

L'année 1918 marque la fin de la première guerre mondiale, le début des premiers troubles sociaux et la vente de l'île d'Anticosti pour 6 millions de dollars, en 1926, à trois des plus grosses sociétés de papier du Canada, syndiquées pour l'occasion. Gaston Menier continue de faire face également à la concurrence, il meurt en 1934, un an après son fils Georges laissant la place à Jacques qui déjà affaibli physiquement au cours d'un grave accident durant la guerre va subir les foudres des syndicats et perdre pied au milieu de cette marée rouge. Le choix des urnes est hostile aux Menier. Ils perdront tour à tour leurs mandats municipaux. Pour la première fois en 1921, on assiste à la baisse de la production de chocolat ; dès lors celle-ci ne fera que décliner malgré l'arrivée d'une nouvelle équipe dirigeante et de cadres ingénieurs issus des grandes écoles prenant la place des techniciens venus du rang et la mise en retraite des plus de 65 ans, clientèle électorale locale ménagée par les Menier pour asseoir leur carrière politique.

Le " chant du cygne " ou l'éphémère embellie aura lieu en 1939 avec la sortie Du film animée de Walt Disney : " Blanche Neige et les sept nains " et une fabuleuse campagne publicitaire destinée au lancement d'un chocolat supérieur avec : albums, vignettes et récompenses. Cette campagne, dont le coût s'élèvera à plus de 30 millions de francs fit relever la production à hauteur des années 1920. La seconde guerre mondiale sonnera la fin de l'entreprise. Hubert Menier tentera bien de redresser la situation jusqu'en 1950 mais la maladie l'emporte en 1959. Son frère Antoine, co-gérant depuis 1953, assure alors la direction de la firme. La presse parle de 600 millions de Frs de déficits. Les enfants d'Hubert sont trop jeunes pour lui succéder, Jean-Louis n'a que 10 ans et pauline 8 ans et première descendante féminine depuis Claire Menier, cent ans auparavant. Cette guerre de succession opposant les héritiers ne pouvait que fragiliser les intérêts de l'entreprise. Cette méme année 1953, les greniers à fève qu'étaient le Venezuela et le Nicaragua sont sortis de la société Menier et attribués à Antoine et Hubert. Outre l'aspect agricole : cacao, café, bananes et bovins, il y avait une visée spéculative en ce qui concerne San-Emilio ; ces terres auraient pu être vendues à bon prix lors de la percée du canal.

En 1960, Menier doit fusionner avec la société Rozan, la société Menier est rachetée dans sa totalité en 1965. Deux ans après, Antoine meurt sans postérité à Paris le 12 août 1967 à l'âge de 62 ans. Le testament d'Antoine léguait le château de Chenonceau à la " Demeure historique " au 57 quai de la Tournelle à Paris. Après un procès, ce lègue fut annulé et le château revint à la veuve d'Antoine qui le revendit à Odette Gazay, veuve d'Hubert Menier. Antoine aura été le dernier des Menier à diriger l'entreprise Menier.

ANTOINE MENIER


Juillet 1926, de gauche à droite: Antoine, Gaston et Claude Menier

Antoine Menier est né le 13 octobre 1904, comme tous les enfants de la haute bourgeoisie parisienne, il eut une nourrice venue du Morvan qui lui donna le sein pendant 18 mois, pratique encore courante en ce début de siècle pour le bas peuple voulant assurer un minimum de revenu familial. Madame Thibaut demeurait au lieu-dit " La croix Maurienne ", Antoine, après la guerre de 1914, aimait lui rendre visite et à séjourner à l'auberge " Ensoleillée ", et c'est là, par attachement au Morvan qu'il acheta le château de Ruère.
Antoine Menier fit ses études, comme son grand père Gaston, au lycée Condorcet. Alors que son frère Hubert jouait au polo à Bagatelle, Antoine passionné d'automobiles se lança dans la compétition et établit 11 records du monde sur Alfa Roméo.
A ces spectacles mondains, toute la jeunesse dorée était présente : jolies femmes, banquiers, industriels ; Renée Vigne, la plus jolie et la plus distinguée fut immédiatement remarquée par Antoine lors d'un cocktail. Paul Ponant, beau-frère de Renée, est doué pour les chiffres et les statistiques, il est recommandé par Gaston Menier aux maisons d'assurance : " Les Compagnies du Soleil " qui se trouvait au 44 rue de Châteaudun, non loin du 56, siège social de la maison Menier; pour quelle raison pareille ascension sociale ? L'histoire ne le dit pas ; cette promiscuité et un goût partagé pour l'automobile devaient rapprocher les deux jeunes hommes.
Renée Vigne n'acquit en 1902 d'une fille mère, Georgette Petithomme, couturière, et Jean-Baptiste Vigne, cheminot, qui lui donnera son nom. Mère et fille ainée jouent de l'aiguille pour les salons de haute couture, Renée attire l'attention de Maggy Rouff la créatrice de mode qui propulse la jeune fille mannequin pour son premier défilé, et dès lors, mannequin vedette pour le tout Paris. Le coup de foudre est immédiat entre Renée et Antoine, un ravissant studio parisien abritera désormais leur amour naissant au grand dam de Simonne Menier pour qui la différence de classe sociale n'était pas à négliger.Elle consentira au mariage de son fils à une roturière, tardivement en 1961. Renée, décédée en 1981, et Antoine, n'eurent pas d'enfant, ils épanchèrent leur affection sur Jacques, fils de Paul Ponant et Marcelle Vigne, sœur cadette de Renée. Jacques Ponant est le filleul de Renée Vigne, son légataire universel et neveu d'Antoine. (Mémoire de Jacques Ponant)

ANTOINE MENIER PAR ANDRÉ BEAUGUITTE

Parmi les visages sympathiques qui ont marqué ma jeunesse de leur empreinte et ont continué par la suite à illuminer mon existence de leur rayonnement au cours de fréquences rencontres, se détache celui d'Antoine menier de la lignée des chocolatiers. Nous nous sommes connus peu après la fin de la guerre de 1914 1918 à Paris sur les bancs du lycée Condorcet où nous faisions tous les deux notre philosophie. Nous suivions avec un intérêt fervent le cours de l'éminant professeur Lachelier qui marchait sur les traces de son illustre père et nous captivait littéralement.
Antoine menier et moi décrochâmes notre baccalauréat de philosophie en fin d'année scolaire et quittâmes crânement le lycée Condorcet pour accomplir chacun notre destin, celui d'Antoine était tout trouvé. Après ses inscriptions à la faculté et l'accomplissement de son service militaire, un fauteuil de choix l'attendait rue de Châteaudun. Il s'installa au siège social de la fabrique de chocolat, sans pour autant, abandonner ce qui le séduisait.
Sensible et émotif, il était poète à ses heures et se plaisait à contempler les bois et les champs. Modeste et simple, il s'éloignait de la splendeur du domaine qu'il avait hérité de son père : le château de Chenonceau. Cette demeure historique ne l'attirait pas outre mesure il préférait passer ses dimanches dans une modeste maison de campagne en Seine-et-Marne, et il abandonnait volontiers la visite de la résidence royale aux touristes férus de notre glorieux Passé.
Antoine menier participait aux chasses organisées par son oncle Jacques menier dans les forêts d'Ardennes. Les serfs, les biches, les chevreuils y étaient si abondants que les invités, au nombre desquels je me trouvais parfois, ne devaient tirer qu'à balles. Jacques menier, grand seigneur dans l'âme, était entouré d'une véritable cours, hommes et femmes, pour qu'il faisait réserver tout un wagon de première classe à la gare de l'Est. Derrière les chiens qui jappaient, les cors et les rabatteurs en blouse blanche, nous partions jusqu'aux layons. Jacques menier arrivait toujours à la dernière minute, pilotant un tank qu'il avait fait spécialement équiper pour lui et écrasant ou arrachant tout sur son passage, monticule de terre, tas de cailloux, arbres.
Antoine Menier et moi nous nous placions habituellement l'un près de l'autre. Que deux fois , ai-je vu mon camarade viser une biche inoffensive qui sautillait devant nous, puis baisser son fusil sans tirer et dire : " pourquoi tuer de si gentils animaux ? "

Antoine menier portait toujours en sautoir une vis attachée à une ganse noire. Il était radiesthésiste et cette vis lui servait de pendule. Il me racontait qu'il avait décelé grâce à elle, l'emplacement du corps d'un noyer entraîné par le courant d'une rivière et qu'on ne parvenait pas à retrouver.
La déclaration de guerre de 1939 nous séparera, Antoine et moi. Nous nous retrouvâmes par hasard un jour à Meaux. Il était affecté en qualité de lieutenant. Moi-même, lieutenant au secrétariat général du conseil supérieur de la Défense nationale, j'avais fréquemment à me rendre au château de Mondon, près de La Ferté-sous-Jouarre, ou stationnait l'Etat-Major du général Georges. C'est ainsi que je traversais Meaux où, un après-midi, je reconnu Antoine menier pris à partie par un commandant, un officier d'administration paraît-il, qu'il avait omis de saluer. " Qu'est-ce que vous faites dans le civil?" Avait questionné le commandant "." Je suis dans le chocolat "." Ah oui, encore un fainéant " Antoine racontait l'anecdote avec un sourire amusé. Ce soir là je le ramenais à dîner à notre propriété, près de la Ferté-sous-Jouarre où se trouvait ma femme. Antoine ne put voir que l'intérieur de la maison car il faisait nuit à notre arrivée et il devait rentrer pour minuit à son cantonnement. Il voulut cependant parcourir le parc dans les ténèbres, entendre le bruissement du vent dans les arbres et regarder la sombre silhouette des sapins à la lueur de la lune.
Même pendant ces heures inquiétantes des hostilités, la poésie continuait à habiter son âme. Aussitôt après la guerre, Antoine pris la tête des usines de chocolat que la famille Menier dirigeait de père en fils depuis si longtemps.

 

LE MÉMORIAL DE LA POINTE DE GRAVE


Brochure éditée par le Comité pour l'érection du monument

Le 4 juillet 1919, à l'occasion de la fête, de l'indépendance des Etats-Unis, Maurice Damour, député des Landes et futur président du comité, proposa de commémorer par un monument grandiose l'intervention américaine dans la guerre. L'idée fit son chemin et un projet monumental fut choisi pour voir le jour sur la côte de l'Atlantique, à la pointe de Grave, " face à la statue de la Liberté éclairant le monde qui domine la rade de New-York ".

Le monument se dressera sur le rivage qui vit partir, en 1777, La Fayette et ses compagnons d'armes et où débarquèrent en 1917 les armées américaines. L'exécution du mémorial fut confiée au maître statuaire Bartholomé. La Chambre des députés, s'associant à la réalisation de l'entreprise, vota, pour la participation de l'Etat, un crédit d'un million de francs. Plus de mille municipalités envoyèrent leur contribution ; le montant souscrit dépassa 400,000 francs ; mais il convenait que tous les Français puissent apporter leur pierre, grande ou petite, au monument qui devait témoigner de " l'indissoluble amitié de notre pays pour la démocratie américaine ". Une souscription nationale s'ouvrit dans ce but. Léon Bérard, ministre de l'instruction publique, autorisa le comité à faire appel à la jeunesse des écoles, lycées et collèges de France. Les souscriptions furent envoyées à Gaston Menier, sénateur, trésorier du comité d'organisation, au 56, rue de Châteaudun, Paris. Le comité formé pour l'érection du monument édita une brochure, " De La Fayette au Président Wilson ", qui fut distribué aux donateurs dès le mois de Juin ; Gaston menier en était le signataire. La première page reprendre tous les noms du comité et les huit autres relatent l'émergence de la démocratie américaine et sa contribution décisive dans le premier conflit mondial.

Quelques jours avant la pose de la première pierre, Le Président de la République, Raymond Poincaré, reçu : M. Maurice Damour, député, " président du Comité du monument commémoratif de l'intervention américaine " et. M. Gaston Menier, sénateur, trésorier du Comité, accompagnés du préfet de la Gironde, d'élus du département et du Président de la Chambre de commerce de Bordeaux. Cette délégation avait pour mission d'inviter le chef de l'Etat à participer à la pose de la première pierre du monument, le Président de la République accepta de se rendre à la Pointe de la Grave. Le Sénat décida également de se faire représenter par une délégation de dix membres. Le 6 septembre 1919, jour anniversaire de la naissance de La Fayette, le président de la République, entouré de l'ambassadeur des Etats-Unis, du chef de la délégation américaine à la conférence de la paix, de délégations de la Chambre des députés et du Sénat et de contingents de l'armée et de la marine américaines et françaises scella la première pierre de l'édifice. Le monument commémoratif sera inauguré le 4 septembre 1938, en présence de M. Georges Bonnet, ministre des Affaires étrangères, et de M. William Bullitt, ambassadeur des Etats-Unis.

LE CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

Le Conservatoire national des arts et métiers fête le 21 mai 1931 le centenaire de l'abbé Grégoire, son fondateur. M. Paul Painlevé, président depuis 1908 du conseil d'administration de l'établissement d'instruction scientifique et technique, en fait l'éloge en ces termes : "L'homme, qui entama une guerre sans merci contre l'ignorance et l'esclavage, mérite la reconnaissance de l'humanité pour les activités qu'il a suscitées dans différents domaines et l'exemple qu'il a donné de son amour de la justice et des travailleurs." M. Painlevé y discerne un précurseur de l'école unique, que la politique a quelque peu défigurée, et de l'enseignement agricole, qui est encore à l'ordre du jour. Avant lui, Gaston Menier, vice-président du Conseil d'administration depuis 1919, président du Conseil de perfectionnement et en même temps président de la Société des Amis du Conservatoire national des Arts et Métiers, avaient rappelé comment l'abbé Grégoire avait réalisé le groupement des collections de l'ancienne Académie des sciences, de l'hôtel d'Aiguillon, de Vaucanson (qui fut le premier initiateur de l'institution) dans les bâtiments de l'ancien prieuré de Saint Martin des-Champs, où est encore le Conservatoire des arts et métiers. Puis M. Painlevé, ancien président du Conseil, inaugura le buste de l'abbé installé depuis deux jours dans l'une des salles du musée attenant au Conservatoire. Pendant la cérémonie, des chœurs interprétèrent divers chants.

Durant près de 20 ans de présidence du Conseil de perfectionnement du Conservatoire Gaston Menier participa activement à son développement et à sa modernisation, il mit au point un programme en vue d'assurer la rationalisation des méthodes de travail dans les différentes sections du laboratoire d'essais : physique, chimie, métaux, matériaux et machines. Le Conservatoire comptait alors 8.000 auditeurs auxquels il fallait assurer place et confort. Le problème était difficile ; enserrés de tous côtés, l'établissement ne pouvait s'agrandir en hauteur à cause des servitudes historiques, c'est donc sous terre que la solution fut trouvée : le 6 octobre 1933, une délégation présidée par M. Gaston Menier s'était rendue à l'Elysée pour demander à M. Albert Lebrun, Président de la République, de bien vouloir présider l'inauguration des trois nouveaux amphithéâtres creusés sous la Cour d'Honneur, ces amphithéâtres, creusés profondément dans le sol, assuraient les meilleures conditions d'hygiène, de confort et d'acoustique. Gaston Menier entretenait un lien affectif avec le Conservatoire, ingénieur de formation et passionné d'automobile, il fit don à l'institution d'un quadricycle Peugeot de 1893, première voiture automobile, munie d'un moteur Daimler.

L'AVIATION ET LA GUERRE

Conférence faite le 3 mars 1918 au Conservatoire National des Arts et Métiers PAR M. Gaston MENIER Sénateur

Gaston Menier, sénateur, vice-président de la Commission de l'armée, Président de la Commission de l'Aéronautique en 1917 est un fervent partisan de la 5ème arme, comme on aime à qualifier l'aviation dans sa première exploitation durant la première guerre mondiale. Gaston Menier était conscient des réticences au changement qui privilégiait encore " L'école du plus lourd que l'air sur l'école du plus léger que l'air ". Mais pendant ce temps était née l'automobile, qui avait dû son rapide développement au moteur à gazoline. Grâce à l'automobile et au perfectionnement continu de son moteur, qui devenait sans cesse plus puissant, plus sûr en même temps que léger, on devinait déjà, la clef de la conquête de l'air. Actif et déterminé, il présida une conférence au Grand amphithéâtre de la Sorbonne en 1917 sur " L'Effort de l'aviation et de nos aviateurs ". Il anima la conférence du 3 mars 1918 au Conservatoire National des Arts et Métiers sur " L'aviation et la guerre " ou il magnifia l'œuvre des constructeurs, l'effort des dirigeants de l'aviation et l'héroïsme des aviateurs. Gaston Menier venait de subir dans sa chair, la disparition de son fils, Jacques Menier aviateur, dans un premier temps disparu mais qui fut retrouvé, gravement blessé mais captif ; il inséra dans son exposé ces quelques phrases empreintes de solennité et de délicatesse :
" Et quel héroïsme admirable pour ce pilote qui, se sentant voué à une mort certaine, essaie, en se précipitant vers le groupe ennemi, d'accomplir un suprême exploit " en vendant sa peau le plus cher possible ", comme me l'écrivait un pilote qui m'est cher, et, grièvement brûlé, paie son sacrifice d'une dure captivité dans un hôpital allemand " !
On pouvait ainsi se remémorer la tragédie que vécu quelque temps plus tôt son fils :
" Menier Jacques sergent de réserve, matricule 572 au 3ème groupe d'aviation, revenu souvent avec un avion criblé de balles et d'éclats. Le 20 août 1917, après une lutte très dure, rentré au terrain avec un avion endommagé par les bailes, est parti sur un autre appareil et a livré aussitôt un nouveau combat au cours duquel il fut aux prises avec 6 appareils ennemis. A mis hors de combat deux de ses adversaires, tandis que lui-même, blessé à la nuque, gravement brûlé, tombait dans les lignes allemandes après avoir épuisé toutes ses munitions et combattu jusqu'au bout. Est rentré en France en octobre 1918 encore défiguré et non guéri de ses blessures ".
La conférence de 2h30min se termina en ces termes:
"S'il est moins brillant dans ses évolutions que l'avion de chasse, il n'en a pas moins un rôle glorieux à remplir, comme nous l'avons vu ci-dessus. De tous côtés nous donnons nos soins à une intense production d'avions. Nos alliés anglais font également un effort considérable en ce sens, et bientôt les Américains, dont les pilotes volontaires avaient déjà formé la fameuse escadrille Lafayette, vont nous apporter leur contribution d'une énorme production de moteurs et d'avions. Il en faut beaucoup, comme vous le savez, car la vie de l'avion est brève ; quelques dizaines d'heures en moyenne. C'est une libellule qui vit et qui meurt dans l'éther. Mais cette existence éphémère n'aura pas compromis l'avenir de l'aviation tel que nous pouvons dès maintenant l'entrevoir pour l'après-guerre. L'avion reprendra son rôle utilitaire, d'autant plus important que la guerre aura fait accomplir à l'aviation, dans les plus difficiles conditions, les progrès les plus rapides et les plus merveilleux. En attendant, n'en doutons pas, l'avion nous apportera la victoire, et la plus belle invention sortie du cerveau de l'homme aura ainsi servi la juste cause du Droit et de la Liberté".

GASTON MENIER COLLECTIONNEUR


Gaston Menier était un collectionneur d'art des plus réputés, héritage culturel que sa mère, collectionneuse également, lui insuffla; Gaston avait réuni dans son hôtel de Paris Monceau, dans ses châteaux de Chenonceau et de Noisiel de précieux trésors. Ses tendances le portaient de préférence vers les grands siècles de l'art français. Tableaux, dessins, gravures, faïences hispano-mauresques, porcelaines de Sèvres, objets de vitrine, bronzes, sièges, meubles et 27 tapisseries composaient sa superbe collection, qui allait subir le sort de beaucoup d'autres et passer en vente publique. Lors de la dispersion de la première partie de sa collection, le 24 novembre 1936 à la galerie Charpentier, tableaux, objets d'art, meubles anciens ont atteint de très hauts prix : un portrait par Nattier de grande taille représentant Madame de Laporte, née Caumartin, en nymphe chasseresse, un fil de perle retenant sa tunique ouverte sur une gorge charmante ; elle tient l'arc de la main gauche et tire une flèche du carquois posé auprès d'elle: adjugé 887.375 francs et un buste par Houdon de Jean de La Fontaine acquis par Gaston Menier à la vente du château de Valençay en 1899 qui trouva preneur pour 1.064.850 francs. Une première vente qui rapporta 4.223.700 francs.

Une deuxième vente fut nécessaire et annoncée pour les 7 et 8 décembre 1936, à l'Hôtel Drouot, cette fois-ci, bien que les vacations prévues ne soient pas de l'importance de celles de novembre, nombre de pièces de cette deuxième vente furent dignes d'intéresser les amateurs les plus difficiles. De très belles gravures en noir et en couleur des écoles française et anglaise des XVIIIe et XIXe siècles, des tableaux anciens, etc. Les meubles et objets d'art étaient d'excellente qualité et comprenaient des faïences et porcelaines françaises et étrangères, des sculptures anciennes en marbre et en bois, des bronzes d'art et d'ameublement, des sièges de la Régence à la fin du XVIIIe siècle et de beaux meubles en marqueterie en acajou et bois sculpté. De magnifiques tapisseries complétaient cet ensemble en particulier de belles tentures de Bruxelles, des Flandres et d'Aubusson royal de la fin du XVIe au XVIIIe siècle. La ventre produisit 541.945 francs soit pour les 2 ventes : 4.765.645 francs

Tapisserie de Bruxelle de l'époque
Louis XIV. 2X4 m
Tapisserie des Fandres de l'époque
Louis XIV. 3x4 m

Gaston Menier connaissait les joies du collectionneur. Dès qu'il le pouvait, il s'adonnait à cette chasse passionnante du bibelot rare, de l'objet d'art introuvable. Il aimait mieux tirer la grosse pièce, les tapisseries sans défaut, de style et historiques. Certes, les toiles ou les plafonds qui ornaient les salons du rez-de-chaussée du 61 rue de Monceau avaient une valeur artistique incomparable. Mais c'était les tapisseries qui apparaissaient hors de pair. La série historique du grand salon, quatre larges panneaux, pouvaient rivaliser avec les plus beaux spécimens des œuvres françaises. Elle avait été commandée par Louis XVI suivant le modèle de Le Barbier à Beauvais en 1790, avec deux canapés et douze fauteuils assortis, pour être envoyée à Washington, en souvenir du traité de Versailles de 1783. D'une fraîcheur et d'un éclat de coloris magnifiques, elle représentait les quatre parties du monde : l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique. Sur l'une des tapisseries, l'Afrique, on voyait la France, sous les traits, de Marie-Antoinette, qui traitait, avec les reines d'Ethiopie. Dans celle consacrée à l'Amérique, la France terrassait l'Angleterre. Tout cet ensemble, non livré par suite de la Révolution, décorait depuis 1893 l'hôtel de M. Gaston Menier. Les premiers Gobelins de la salle à manger, du salon de famille du premier étage, ainsi que la tapisserie représentant le château de Monceaux, d'après Charles Le Brun, pièce tissée en laine et soie, signée Jean de la Croix, complétaient harmonieusement cette collection de prestigieuse valeur. Un dernier mot sur l'écrin majestueux que représentait cet l'hôtel situé au 61 de la rue de Monceau ; construit en 1890 par Charles Garnier pour Abraham de Camondo, celui-ci le revendit presque aussitôt à Gaston Menier. Une tête de Mercure orne la clef de voûte de la porte principale, deux lions soutiennent le balcon dominé par une large fenêtre, un groupe de chevaux marins sortant du fronton et coiffant la large baie sont de Dalou. De lui aussi, la tête entourée de roseaux qui orne le comble. Les masques de faune placés au-dessus des baies latérales d'entrée, les huit masques de femmes qui se trouvent au-dessus des croisées latérales du premier étage et toutes celles de l'étage supérieur sont du même auteur. M. Lefebvre, décorateur, fit également exécuter par Dalou les modèles des quatre cariatides : L'Europe, l'Asie, l'Afrique, l'Amérique. Un très bel escalier intérieur, réplique de celui de l'Opéra, un porche à doubles colonnes, surmonté des initiales " G M ", entre deux pavillons donnant sur l'enfilade de la rue de Téhéran. Il complète l'hôtel de Camondo (le musée actuel) dont il est mitoyen. Si Gaston Menier savourait les joies du collectionneur il en partageait également les affres ; en 1906 il fut victime d'un cambriolage, plusieurs vitrines de deux des salons de son hôtel furent fracturées. De nombreux bibelots, statuettes, cachets, bonbonnières, tabatières, médaillons furent dérobés pour un montant de 80.000 à 100.000 francs. Le voleur n'était autre qu'un ancien valet de chambre. Après enquête et perquisition, tous les objets volés à M. Menier furent retrouvés au domicile de l'ancien valet, ainsi que d'autres objets d'art provenant de vols antérieurs ; car notre homme était avant tout : un professionnel du larcin.

Henri Menier, le frère de Gaston, était également un collectionneur compulsif, à sa mort en 1913, sa veuve, Thyra Seillière mis en vente la collection de son défunt époux. Pas moins de deux catalogues furent nécessaires pour présenter tous les objets d'Art : faïences italiennes, porcelaines de Saxe, orfèvrerie allemande, pendules, chaises à porteurs, traîneaux, meuble de salon en tapisserie Louis XVI, tapisseries des XVIe et XVIIIe siècles, tapis orientaux, bronzes, pendules, tableaux anciens et modernes, furent exposés et dispersés le 5 mars 1914, Galerie Georges petit à Paris et le 24 mars à Drouot pour le reste de la collection.

SOCIÉTÉ DES INGÉNIEURS CIVILS
Membre de la Société des Ingénieurs civils, M. Gaston Menier joint une solide instruction technique et à un bagage de connaissances très variées, acquises au cours de ses nombreux voyages. L'article ci-dessous, n'est pas lié directement à ce cliché photographique mais sa vraisemblance, sans avis contraire, permet à priori de le rattacher.


Après les ingénieurs américains, voici les ingénieurs anglais venus pour admirer les merveilles de notre Exposition de 1889 et pour constater les progrès de notre industrie nationale. Les membres du l'Institution of mecanical ingineers au nombre de cent environ, ont été reçus par leurs collègues de la Société des ingénieurs civils, qui se sont mis gracieusement à leur disposition pour les accompagner dans leur visite. Après une cordiale réception à l'hôtel de la Société des ingénieurs civils, dans laquelle M. Eiffel, président, leur a souhaité la bienvenue, les mecanical ingineers ont visité la galerie des machines, les ateliers Edison, les égouts de Paris et la tour de 300 mètres où un déjeuner leur a été offert au restaurant Brébant. La journée d'hier a été consacrée à la visite des ateliers de Petit-Bourg. Les invités anglais et français de M. Decauville, au nombre de deux cents environ, parmi lesquels MM. Gottschalk, Brûll Martin, Polonceaux, Gaston Menier, Picard, chef de l'exploitation du P.-L.-M., Goschrrane, Aspinall, Kennedy, etc., sont partis de la gare de Lyon, par train spécial, à neuf heures vingt du matin, gracieusement offert aux ingénieurs anglais par la Compagnie P.-L. M. A 9 heures ils quittaient à Corbeil la ligne P.-L.-M. et montaient dans le train Decauville qui les transportait rapidement aux vastes ateliers de Petit-Bourg. M. Paul Decauville a souhaité la bienvenue aux visiteurs anglais. " C'est la première fois que le pavillon anglais flotte sur notre établissement, dit-il ; j'espère, messieurs, que ce ne sera pas la dernière." Après cette allocution, saluée par trois salves de hurrahs, on entre dans les ateliers, dont on admire la bonne organisation. Nous assistons d'abord à la fabrication des traverses et des rails, et nous voyons fonctionner une série de machines construites avec une rare perfection. Les ingénieurs anglais remarquent surtout une machine à peindre les rails, d'une invention très ingénieuse. M. Decauville fait ensuite manœuvrer devant nous un canon, pièce de campagne, qui, montée sur de petits wagonnets, tourne, valse avec une étonnante rapidité ; puis, c'est un canon de quarante-huit tonnes, système de Bange, placé sur seize essieux, qui manœuvre avec non moins d'aisance, et est placé dans toutes les directions avec une rapidité presque instantanée. Nous n'avons pas besoin de faire-valoir les avantages que notre artillerie peut tirer de cette invention. Les rails et les wagonnets Decauville ont été, du reste, adoptés par le ministère de la guerre. Les ingénieurs anglais ne tarissent pas d'éloges, et c'est au milieu d'un concert de félicitations que M. Decauville nous conduit, toujours dans son train, son château, où un somptueux déjeuner nous est attend. Au dessert, dans de nombreux toasts, les visiteurs anglais ont traduit leur admiration pour notre industrie nationale et particulièrement pour le Petit-Bourg et leur distingué directeur, M.Decauville. (Le Matin du 1889-07-07)

INAUGURATION DU PONT DE VAIRES PAR GASTON MENIER


Souvenir offert par Mr Gaston Menier Conseiller Général

Bien avant que le nouveau pont ne soit inauguré le 7 novembre 1897 par le ministre du Commerce Mr Henri Boucher, Gaston Menier s'empara du dossier. Fraîchement élu conseiller général de Seine et Marne en 1891, il exprime, par sa correspondance du moment, l'aspect politique du projet ou les intérêts de la Seine et Marne sont privilégiés au détriment de la Seine et Oise et de l'encombrant, Mr de NICOLAY. Mais la praticité du projet ne fait aucun doute, avant l'inauguration du pont, les habitants de Vaires et Torcy devaient emprunter en amont le pont de Lagny et en aval le pont à péage de Gournay, soit 9 kilomètres dans tous les cas.


Aquarelle représentant le port de Noisiel, son moulin et son pertuis en amont de la Marne vers 1830. Amarrée au port (à gauche) une embarcation à fond plat appelée marnois. Utilisée sur la Seine et la Marne jusqu'au XIXe siècle pour le transport des marchandises; elle pouvait mesurer entre 20 et 40 mètres, dimensions pour lesquelles le port de Noisiel s'adapte avec ses 34 mètres . Ce marnois est gréé d'une voile qui soulageait les bêtes de halage lorsque le vent le permettait, mais cela ne devait arriver que très rarement à cause des nombreux méandres tout au long du parcours. Le mât n'était donc probablement utilisé que pour le halage.


Connu sous le nom de Mr. Clever Art dans le monde de l'art, Andrew Rosenblatt émerge fortement sur la scène Pop Art Contemporain. Né à New York et vivant actuellement à Los Angeles, en Californie, il est surtout connu pour sa façon unique de fusionner des couleurs vives avec des produits de luxe tels que Louis Vuitton ou Chanel. M. Clever utilise une créativité artistique et éclectique aléatoire du Pop Art fusionnée avec la juxtaposition, les lignes abstraites et les points pour constituer la majeure partie de son art contemporain. Ses œuvres sont rapidement et secrètement récupérées par des collectionneurs d'art, des investisseurs en art et des galeries d'art du monde entier. Mr. Clever Art a merveilleusement illustré l'un de ces artistes préférés ; Damien Hirst et ses "Complete Spot Paintings " dans un collage représentant la petite fille menier destiné à refléter ses inspirations artistiques (cliquez sur l'image)

Vue cavalière du site usinier de Noisiel, propriété des Menier, chromolithographie vers 1890 de Louis Poyet (1846-1913), illustrateur et graphiste français d'images industrielles et publicitaires.

CATHERINE TASCA, MINISTRE DE LA CULTURE, 13/12/2000
La convention signée entre la ville de Noisiel et le Ministère de la Culture permet à Noisiel d'accéder au rang prestigieux de "Ville d'Art et d'Histoire". Consciente de la diversité et de ses atouts patrimoniaux, Noisiel préparait depuis plusieurs années sa candidature au label. Trois déclinaisons remarquables : en premier lieu, un patrimoine industriel unique datant de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle lié à l'établissement de la chocolaterie Menier et à sa prodigieuse empreinte architecturale. En second lieu, un patrimoine architectural contemporain incluant diverses réalisations de grands noms de l'architecture en ville nouvelle. Et pour finir, un patrimoine "vert" important en partie protégé.On pourrait rajouter la pérennisation et le dynamisme économique de l'entreprise qui déjà en 1878 affichait un capital de 4 millions de francs, soit 8 millions de nos euros.

NESTLE A NOISIEL, PRESIDENT YVES BARBIEUX, COURRIER AUX COLLABORATEURS EN 1993
Dans un monde qui évolue très rapidement, où le nombre d'opérateurs se réduit et la concurrence s'intensifie, les groupes industriels se doivent d'anticiper, afin de confirmer leurs performances. Comme vous le savez, le groupe Nestlé doit d'ailleurs une grande part de son succès sur le plan mondial à son aptitude à prévoir ces évolutions. Nestlé France S.A est bien sûr une constellation de marques fortes, qui ont toutes pour objectif la recherche permanente du leadership sur leur marché respectif, mais Nestlé France S.A est aussi le deuxième groupe agro-alimentaire français, qui doit s'affirmer en tant que tel sur le plan national. C'est dans ce but, et en harmonie avec la stratégie que Nestlé applique déjà dans le monde, qu'il est prévu de réunir, en France, sur un site unique, tous les collaborateurs des sièges sociaux de nos différentes unités opérationnelles. Cette nouvelle orientation va, en effet, permettre de développer la synergie de toutes nos forces tout en respectant la spécificité de chacune de nos unités. Bien que ce regroupement ne doive s'effectuer, en principe, qu'à la fin de 1995, il m'a paru important de vous faire part de nos intentions dès maintenant. Parmi les différents sites à l'étude, celui de Noisiel, à Marne-La-Vallée, serait conforme à la culture de Nestlé : propriété du groupe, ce site classé est témoin de l'époque industrielle du chocolat Menier et allie un passé architectural prestigieux à un environnement naturel exceptionnel. Un groupe de travail a été constitué pour examiner la faisabilité de ce projet et il me remettra ses conclusions avant la fin du mois d'avril prochain. Je vous tiendrai informés, le moment venu de la décision qui sera prise, sous réserve de la consultation des représentants du personnel concerné, afin de vous permettre de participer dans les meilleures conditions à cette nouvelle étape de la vie de notre groupe.

INTERVENTION DE M. PHILIPPE ROBERT, ARCHITECTE
Le travail de Reichen et Robert est souvent considéré comme iconoclaste par un certain nombre de spécialistes de la préservation historique nous avons toujours considéré que, pour que les bâtiments soient sauvés, il fallait les réutiliser avec une nouvelle fonction, quitte à modifier un peu ou beaucoup les bâtiments. Nous avons cherché à justifier notre travail et nous nous sommes aperçus que toute l'histoire de l'architecture est l'histoire de la transformation de bâtiments. A titre d'exemple, le Louvre construit sur plus de six cents ans est une addition de témoignages de toutes les époques, y compris du XXe siècle. Il existe très peu de monuments qui n'ont pas subi de modifications diverses. Il n'y a aucune raison que l'histoire s'arrête et nous considérons que l'on peut traiter, modifier des bâtiments, les transformer, les surélever même, etc. Evidemment il y a monument, et monument protégé au titre des Monuments historiques, et il est évident qu'il est plus facile de travailler sur des bâtiments qui sont historiques sans être protégés au titre de la loi. D'une façon générale, la plupart de nos projets font l'objet de longues négociations avec les architectes du ministère de la Culture. Nous avons fait, dans le cadre de la chocolaterie Menier à Noisiel, un projet très complet auquel nous avons ajouté des bâtiments neufs de l'ordre de 20 000 m2. Il y a donc également la cohabitation de bâtiments neufs dans un site industriel ancien. Le groupe Nestlé France a reçu en patrimoine la chocolaterie Menier par l'intermédiaire de Rowntree Macintosh qui l'avait rachetée. En 1993, la fabrication fut arrêtée après la construction d'une autre usine plus moderne à Dijon, et la question du devenir de ce site industriel se posa. La solution de la vente ayant été retenue, Nestlé a demandé à notre cabinet de produire une étude de mise en valeur du site de façon à le vendre. Au vu de notre étude, le groupe a décidé de le garder pour lui et il nous a demandé un deuxième travail consistant à déterminer s'il serait possible de transformer les locaux en bureaux plutôt qu'en ateliers. En effet, à l'époque, le président de Nestlé cherchait à regrouper dans un même lieu les sept sociétés qui forment la holding Nestlé France. Dans l'étude rendue, les critères relatifs au coût, à l'image, à la sécurité et à la situation dans le grand Paris ont été étudiés très précisément et finalement le projet a emporté l'adhésion et la décision a été prise de faire cette réalisation. Cette décision était importante car c'est la première fois qu'une société aussi connue que Nestlé choisissait d'implanter son siège dans une ancienne usine et d'associer son image institutionnelle à celle d'un patrimoine industriel. La société Nestlé s'est installée dans les lieux il y a un peu plus d'un an. Avant que les travaux ne démarrent, une partie du site était utilisée pour fabriquer du chocolat et l'autre partie était plus ou moins à l'abandon et servait parfois à des tournages de films, Camille Claudel par exemple. L'Architecte en chef des Monuments historiques est intervenu pour la restauration de la façade et de la toiture classées de ce moulin qui a été réalisée avec beaucoup de soin. Les détails de décor ont été remis en état (briques vernissés, "M" de Menier, cloche, horloge). 20 000 mètres carrés de bureaux ont été construits en peigne reprenant le tracé régulateur des trois rues des maisons des ouvriers de Menier. De nombreux espaces verts ont été créés. Un pont a été construit. Tous les parkings ont été rejetés autour du site de façon à ce qu'il n'y ait aucune circulation à l'intérieur autre que l'entretien et les livraisons. Notre projet a consisté à essayer de faire cohabiter des parties anciennes et des parties contemporaines dans un dialogue que nous croyons intéressant. Les éléments neufs viennent dialoguer avec les parties anciennes. Ce parti a d'ailleurs rejoint la volonté de la société Nestlé qui voulait se démarquer de la société Menier et montrer qu'elle est une entreprise résolument moderne. Trois artistes sont intervenus dans ce projet : Michel Boulangé, Sylvie Blocher, Dominique Bailly ainsi que Florence Robert, paysagiste. D'une façon générale, Nestlé pense que le surcoût pour réhabilitation de ce chantier a été de l'ordre de 5% pour un budget de 620 millions de francs de travaux et une surface de 60 000 mètres carrés hors œuvre, y compris les espaces de circulation. Il est certain que l'adaptation du moulin aux normes sécurité n'a pas été facile mais elle a néanmoins été tout à fait réalisable.


Panonceau lithographié de 66x45 cm du chocolat Menier, signé Firmin Bouisset. Imprimé dans les ateliers d'Emile-Victor CAMIS, située quai de Jemmapes à Paris entre 1890 et 1906. Mis sous verre par J.Boyer, encadreur parisien depuis 1879. Cette affiche à été reproduite, cartonnée, dans les années 1980 par l'éditeur Bernard Carant, boulevard des Batignolles, à Paris.

La fillette de Firmin Bouisset, dans l'affiche du Chocolat Menier éditée par Camis, n'est autre que la propre fille de l'artiste. Allure de petite paysanne aisée, avec ses lourds souliers lacés, sa courte robe bleue à petits pois, son caraco marron élimé et ses tresses de cheveux noirs luisants sur son dos frêle ; qui inscrit sur un mur, au charbon, le nom du célèbre chocolat de Noisiel ; aux pieds duquel gisent le panier blanc du goûter et le familial parapluie de coton rouge. Mais l'affiche de 1892 évoluera, selon l'anecdote, le parapluie familial qu'utilisait la gouvernante pour aller chercher Yvonne, à l'école, les jours de pluie, attristait la fillette d'une affiliation trop prononcée au monde paysan. L'affiche à succès devait donc se moderniser pour pénétrer les grandes villes, la disparition du parapluie eu lieu dès 1893, ce qui n'empêcha pas la diffusion des 2 versions, aux slogans différents, jusque dans les années 1930.


Tablier immortalisé sur une carte postale de 1914 au cours de l'exposition Coloniale Internationale de Lyon; il fut également porté durant l'exposition internationale de 1900 à Paris et décliné sous diverses formes publicitaires: serviette, réticule. Des coupons de tissus imprimés à taille définie (1m/1m) sont encore en circulation, ils n'avaient pas pour vocation à devenir serviettes publicitaires pour l'exposition de 1900 mais à confectionner des tabliers de domesticité pour jeunes filles.

L'Exposition Internationale de Lyon, de Mai à Novembre 1914, était pour la première fois organisée, fait original et tout à fait inédit, par une municipalité. L'Exposition Internationale de Lyon s'intéressa particulièrement à mettre en relief tout ce qui touchait à l'organisation et au perfectionnement de la Cité Moderne. Toutes les colonies françaises participèrent à l'Exposition Coloniale qui y était annexée : Le gouvernement d'Afrique occidentale, d'Afrique équatoriale, de Madagascar, d'Indochine, d'Algérie, de Tunisie, le Protectorat français du Maroc. Les plans du palais furent réalisés par l'architecte Lefèvre et l'entrepreneur Monier en assura la construction.


Bavoir en broderie richelieu vers 1900

La future ménagère doit s'appliquer de bonne heure à confectionner des vêtements. Dans du linge ou des vêlements hors d'usage, on peut trouver des morceaux assez bons pour faire du linge ou des robes d'enfant et commencer son apprentissage de couturière. Dans un ménage modeste rien ne doit se perdre. Les couches sont souvent faites dans de vieux draps, Le tissu imprimé représentant la petite fille du chocolat Menier, que l'on trouve dans toutes les expressions publicitaires tissées de la maison Menier, sera l'occasion de confectionner des bavoirs et d'apprendre quelques points de broderie, en particulier le feston.

Durant l'exposition Universelle Internationale et coloniale de Lyon en 1894, le directeur de l'enseignement primaire faisait savoir aux directrices d'écoles normales, d'écoles primaires supérieures et de cours complémentaires, que le ministre de l'instruction publique se proposait de participer à l'exposition de Lyon. En conséquence, il leur demandait de confectionner des travaux de couture, soit : un objet de layette, une pièce de linge de maison telle que tablier de domestique, serviette, rideau, etc. ; les ouvrages devant constitués les albums du ministère et être présentés dans le pavillon (féminin) du Rhône, à deux pas de la grande coupole, dans le parc de la tête d'or.
Sur une grande table s'étalaient les albums des 200 écoles. A Lyon, le public constata que les " Petites Parisiennes " travaillaient avec beaucoup de goût et d'adresse. L'intérêt des albums exposés résidait aussi dans le choix des dentelles et des tissus employés qui différaient selon les localités. Le but du ministère étant de mettre à l'honneur les travaux de couture, qui devaient avoir une place prépondérante dans l'éducation des filles. Il faut, disait-il, que nos filles quittent l'école, ayant pour les travaux de couture le goût développé et une certaine adresse, l'apprentissage les mettra ensuite rapidement en état de gagner leur vie.


Réticule 1900

L'hôtel du Matin et du Français a présenté, hier, durant toute la journée, l'aspect le plus charmant et le plus pittoresque. Plus de six mille enfants, bénéficiaires de nos Surprises, sont venus, en compagnie de leurs parents au total douze mille personnes environ échanger leurs Bons contre des kiosques-distributeurs, réticules et boîtes de chocolat Menier. Et cette distribution s'est effectuée, par les soins de notre personnel, de la façon la plus heureuse du monde.

La livraison des chocolats Menier continuera aujourd'hui samedi, à partir de dix heures du matin. Il reste encore quatre mille surprises environ à remettre aux porteurs de nos Bons-Surprises, avant de clôturer cette colossale et sensationnelle distribution. Pendant ce temps, les collaborateurs du Matin et du Français se promènent inlassablement dans les rues de Paris, dans la banlieue et en province, pour remplir leur agréable mission récompenser le zèle de nos lecteurs qui nous font si gentiment une publicité dont nous leur sommes très reconnaissants, et faire encore des milliers et des milliers d'heureux.

Photo (source musée d'Orsay) prise entre 1907 et 1913 au château de Noisiel, à gauche de la table, Henri Menier et sa première femme : Mathilde Heintz, à droite : Georges Menier et sa femme Simonne née Legrand.

Frac de livrée de domestique en drap de laine bleu marine, de marque probable"La belle jardinière", deuxième moitié du XIXe siècle. Habit dégagé à queue de pie, boutonnage croisé à 18 boutons de 3 cm et 4 d'1,8 cm en laiton monogrammé M (Menier). Coupe tailleur à doublure en sergé de laine à poche intérieure. Biais de satin rayé jaune et vert cousus au col, simulant un gilet. Livrée que l'on devait retrouver à :Paris Monceau, Noisiel, Rentilly, Houlgate, Bois-Larris, Cannes, Villers-Cotterêts.
L'apparition des boutons de livrées, sous leur forme métallique remonte à la fin du XVIII siècle, où, à l'exemple de l'armée, ils ont remplacé les boutons recouverts d'étoffes et les aiguillettes. Les premiers boutons armoriés furent portés par la livrée des colonels propriétaires de régiments, et sont généralement en argent. On peut estimer à une dizaine de milliers les familles ayant fait frapper des boutons à leurs armes.
Ce Frac de livrée de domestique est différent de celui de l'équipage de chasse à courre de la vénerie Menier de Villers-Cotterêts ; tenue à la française, rouge aux galons de vénerie, gilet semblable, culotte en velours bleu roi, bas blancs, bottes de vénerie. Les boutons en laiton monogrammés M, Le bouton portant d'argent sur champ d'or, un cerf passant dans la lettre M.

 


L'institution des sapeurs-pompiers de la chocolaterie Menier est une compagnie constituée de 40 membres en 1882
par Albert Menier, elle deviendra communale en 1886.Ci-dessus, le casque (modèle SGFM de 1855) d'un certain "Chemin" avec cimier à godrons, plumet et jugulaire en fausse écaille, large bandeau où l'on retrouve la grenade et les armoiries de la famille Menier caractérisées par le monogramme sous forme de M. Pour terminer, une giberne de l'harmonie de la compagnie des sapeurs de Noisiel.(Cliquez sur l'animation pour voir plus de détails)

Face à la chocolaterie, se trouve la Mairie construite en 1895. Nouvel édifice qui remplace la mairie-lavoir où Émile Justin exerçait mandat communal et direction de l'usine sans distinction notoire. Cette nouvelle mairie répond à une disposition de 1884 qui stipule que chaque commune doit posséder un local à usage exclusif de mairie. Sur cette même place baptisée Gaston Menier, se trouve le bâtiment des Pompes : l'institution des sapeurs-pompiers de Noisiel.


Des produits sont lancés entre 1930 et 1935 dans la catégorie des chocolats fins par la maison Menier pour contrer une concurrence grandissante. Des boites de luxes font leur apparition et un salon au 114 avenue de Champs Elysées parachève cette nouvelle tendance haut de gamme. Ces boites sont estampillées " Menier confiseur ", la confiserie étant depuis 1900 introduite dans les productions de Noisiel, celle-ci dépassant le chocolat de Ménage, produit phare depuis les années 1870.


Boite de confiserie créée pour l'exposition universelle de 1937 à Paris et faisant la publicité pour le salon Menier se trouvant au 114 avenue des Champs Elysées. Parée des couleurs nationales cette poupée semble faire échos aux montées nationalistes et à la démonstration de puissance germano-soviétique matérialisée par 2 pavillons massifs et sans grâce (mastoc) et se faisant face. Cette même année Menier organisa une consultation auprès de ses consommateurs pour donner un prénom à leur célèbre petite fille remaniée art déco. Il est précisé que ce prénom devra être " bien français ". Jacqueline émergea de cette campagne publicitaire ce qui permettra une interactivité entre des consommateurs qui allaient devenir auditeurs et spectateurs des différents spectacles promotionnels à venir.


Camion publicitaire Menier de 1935 en carton, avec ses caissettes, l'ensemble proposé dans sa boite de transport. La fragilité de l'ensemble laisse à penser que les exemplaires restant en circulation sont peu nombreux, donc rares.


Monogramme de la famille Menier, propriétaire du château de Chenonceau, gravé sur ce cœur offert aux invités durant le baptême de Cosima, fille de Jean-Louis et Laure Menier. Le monogramme est probablement modifié en conséquence, on peut y voir le A et le M de Marie Antoinette, ou bien, Le M de Menier suivi Du C de Cosima Menier, associée dans la société civile de Chenonceau-Rentilly.


MM. Gaston et Henri Menier, entourés de leurs collaborateurs, ont inauguré samedi 8 Octobre 1898, à Noisiel, le monument élevé à la mémoire de leur père, M. Emile-Justin Menier, fondateur de la chocolaterie, ancien député de Meaux, et fêté la pose de la première pierre de la maison de retraite Claire Menier, fondée en mémoire de leur mère. De nombreux invités de Paris et des environs étaient venus assister à cette fête familiale. La cérémonie a débuté par la pose de la première pierre de la maison de retraite. 250 ouvriers, ouvrières et des enfants des écoles de l'usine, accompagnés par l'harmonie, ont chanté une ode à Mme Menier. A trois heures, a eu lieu, sur la place de Noisiel, l'inauguration du monument de M. Emile Menier, devant lequel a défilé tout le personnel de l'usine. Le buste du fondateur de l'usine est placé sur un socle en marbre flanqué de deux figures en bronze, de Carrier-fielleuse. Le soir, à six heures, a eu lieu un grand banquet qui réunissait 2,300 invités. Tous les ouvriers et ouvrières de l'usine avaient été invités, ainsi qu'un délégué ouvrier désigné par les conseils municipaux des 97 communes de la circonscription, des ouvriers délégués de l'usine de Londres, de la vermicellerie de Chelles et de la sucrerie de Roye (Somme). Une tente fut dressée au centre de l'ile pour accueillir tous les convives, mais les écuries du château durent également abriter des collaborateurs probablement triés sur le volet. Une broche (Insigne)pour l'occasion fut créée et visible sur le revers des vestons de certaines personnalités.

Les invités au banquet, munis de leurs cartes et de l'insigne se rendront dans l'île, par le porche de la gare et le quai, à l'entrée duquel aura lieu un contrôle général. Après avoir traversé le pont, les personnes munies de cartes bleues se dirigent en face à droite pour entrer par la porte bleue. Celles munies de cartes blanches iront en face à gauche pour entrer par la porte blanche située au milieu. Et celle munies de cartes roses tourneront à gauche en suivant le chenal pour gagner la porte rose situé en aval. Des pancartes indicatrices seront placées aux abords des Carrefours. En entrant, remettre le talon à détacher de la carte d'invitation au contrôle placé à la porte, puis se diriger vers la table portant le numéro indiqué sur la carte où se trouveront à l'avance les commissaires de table qui feront placer leurs convives à raison de 22 de chaque côté de table. Les contrôleurs et les commissaires devront trouver leur poste à 5h précises pour l'ouverture des portes. Ils exerceront durant tout le repas une surveillance sur le service de leurs tables pour assurer que chacun ait ce qu'il lui faut, adresser aux garçons de service toute observation ou réclamation, ou même au surveillant de la section de la cuisine, qui devra tenir compte de toute réclamation à lui adresser, sauf à en référer aux commissaires généraux. Les commissaires maintiendront l'ordre sous tous les rapports s'il y avait lieu à leur table.

Emile Justin Menier propose au Ministre de l'Instruction d'attribuer après concours un Prix Menier à un étudiant de l'Ecole supérieure de Pharmacie de Paris. Le ministre accepte et un décret du 17 décembre 1859 autorise l'Ecole à décerner une médaille d'argent et un coupon de rente de 500 frs.


Livret musical luxueux dédicacé par les auteurs à l'attention de leur égérie, Cléo de Mérode.
C'est l'époque où l’aristocratie partage désormais avec la haute bourgeoisie les bénéfices exorbitants des richesses coloniales, des avancées technologiques et leurs débouchés économiques exorbitants. La belle époque sourit à quelques privilégiés : théâtre et danse sont les espaces privilégiés des fortunes parisiennes pour démontrer une élégance, un raffinement, une certaine appropriation de la culture aristocratique. Les espaces confinés des salles de spectacle voient pulluler et parader la crème des parvenus à la recherche d’une reconnaissance divine. Probablement hermétique à la chose artistique, cette nouvelle population richissime succombe bien justement aux charmes des danseuses et comédiennes. Si certaines franchirent le Rubicon pour devenir courtisanes ou cocottes, d’autres restèrent des muses inspiratrices pour artistes. Georges Menier fut l’un d’eux ; il succomba au charme ravageur de Cléo de Mérode et lui composa un livret musical pour sa toute première pièce de théâtre en 1909, intitulé "Le premier pas".

SIMONNE MENIER


Mlle Simonne Legrand mariée à Georges Menier en 1903. Tirage argentique de 1909, timbre sec de l'atelier de Montreux,
signatures d'Arnold Casimir Roessinger-Jeanneret, photographe Suisse, et de son modèle.
De nombreux portraits d’Arnold Casimir attestent d’une collaboration entre le photographe et Simonne Menier.

"C'est la plus jolie femme de Paris ! Robert de Rothschild est venu pour me rencontrer le premier vendredi chez Nathalie. Il fut charmé par ce salon amusant et disparate, ravi de me revoir et de me trouver si belle. Il organisa un déjeuner chez les Lebel, grands industriels un peu associés avec les Menier à Neuilly, un beau dimanche. Tout fut comme dans un rêve. On fut photographié dans le jardin, on se grisa de tout, on bavarda, on sourit, on rit, on voulut briller de toutes les facettes. Quelques jours après, Georges Menier dont la merveilleuse femme venait d'être opérée me téléphona : "Ma femme peut recevoir depuis hier. Son regret fut si grand de ne pas vous avoir vue l'autre jour chez les Lebel que j'ose vous demander de lui faire une petite visite à la clinique." En entrant dans la chambre transformée en serre chaude et fleurie, nous aperçûmes une déesse sur un nuage blanc, dans un bouquet, dans la neige des plus fines lingeries, des enroulements de perles incomparables ! Un visage divin, souriant, régulier, joli. Une enfant aimable, simple, ayant autour d'elle quatre grands fils, son mari, son beau-père. Je lui tendis mes violettes blanches, lui marquais mon admiration sincère et ma tendre sollicitude. Elle eut les mots qu'il fallait. Je saluai amicalement mon vieux Gaston Menier, sénateur, qui me rend souvent des services. J'aime cette femme, belle, simple, cordiale, parfaite, inattaquable. Tout Paris l'admire. J'en parlais un jour à la duchesse qui me répondit : "Oh ! On la dit si belle ! Mais elle s'en tient à son monde ; elle n'est pas snob. C'est bien dommage pour notre monde à nous dont elle s'écarte systématiquement. "Ceci, selon moi, est encore à l'avantage de cette charmante femme et à ma gloire puisqu'elle a désiré que je m'approche d'elle".(Liane de Pougy)

SINONNE INFIRMIÈRE-MAJOR


Paul Barbarin, chirurgien éducateur et ami, forma Simonne au métier d'infirmière, sa formation en poche, elle apporta sa compétence d'infirmière au château de Chenonceau offert à l'autorité militaire comme hôpital de secours aux blessés durant la première guerre mondiale. Gaston Menier prit à sa charge toutes les installations et dépenses nécessaires à l'entretien de cet Hôpital, tous les services ont été installés : électricité, chauffage, canalisation d'eau. Les vastes pièces et les galeries du château ont été transformées, peintes et organisées pour accueillir 120 lits. Georges Menier, affecté comme "aide-major infirmier" à l'ambulance, a suppléé son père dans cette installation et organisation. Les interventions médicales et chirurgicales étaient assurées par le docteur Victor Morel, chirurgien en chef et député du Pas-de-Calais, assisté du docteur Druon, de Lille. Simonne Menier, " infirmière-Major ", était assistée par un grand nombre d'infirmières issues de différents milieux (des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul à la comtesse de Razay). Simonne Menier et ses condisciples furent récompensées à la fin des hostilités par la Médaille de vermeil des épidémies (journal officiel du 24 mai 1917). Une Prise d'armes et remises de médailles furent organisées le 16 juillet 1917 dans les jardins de Chenonceau.

 

LA GALERIE DES FÊTES


Galerie des fêtes de Chenonceau en 1886 (Constant Peigné)
Le 24 juin 1886, eut lieu à Chenonceau l'inauguration de cette grande galerie des Fêtes Louis XIV. De grandes réjouissances furent données à l'occasion de l'inauguration, trente mille invités, d'une fête de jour et d'une fête de nuit. Le président de la République en aurait accepté l'invitation qui lui fut faite. L'histoire de Chenonceau aux diverses époques fut représentée par des groupes costumés. On évalue à trois ou quatre mille le nombre des personnages qui firent partie de ces groupes. Mme Pelouse fit représenter, dans la grande galerie des fêtes, le ballet qui y fut exécuté en présence de Catherine de Médicis. Ce divertissement fut donné avec le concours du corps de ballet de l'Opéra. La musique et la description des costumes furent précieusement conservées dans les archives de Chenonceau et le ballet représenté en 1886 resta fidèle à celui qui fut donné en présence de Catherine, il y a trois siècles


Jean-Antoine Brutus Menier édite en 1845 son "catalogue prix courant" qui recense tout ce qui est fabriqué par la maison Menier. On y trouve principalement des produits destinés aux pharmaciens ainsi que des articles de droguerie. La production chocolatière n'est encore mentionnée à cette date que comme activité complémentaire. La quantité produite n'est alors que de 2 tonnes par jour en France. Le véritable essor de l'entreprise Menier date de 1852. Émile Justin Menier est en passe de devenir le nouvel homme fort de la maison, il reprendra les mêmes principes édictés par son père. Malgré son utilité et les frais considérables qu'il a nécessités, l'auteur ne le vend pas, il le donne...à ses commettants.Le "catalogue prix courant" de 1854 comporte les mêmes produits que les éditions précédentes. Mais les temps changent, si Jean-Antoine Brutus fit passer la pharmacie du stade des préparations magistrales à l'industrialisation des procédés, Émile Justin exploite au maximum le potentiel existant et insuffle la modernité dans ses établissements grâce aux grands esprits auxquels il fait appel. C'est à partir de ces mêmes années que Noisiel bénéficie d'une politique de modernisation et de mécanisation au service de la fabrication du chocolat de consommation.


Compte-Rendu des résultats du 1er inventaire de 1835 par Antoine Brutus Menier à ses commanditaires.

Extrait :
"Quelques satisfactions que puisse être un pareil résultat, le but que je me suis proposé n'était pas encore atteint puisque mes efforts ont toujours tendu à amener la vente annuelle à 1 200 000 Frs et j'ai enfin la satisfaction de vous annoncer que les ventes d'octobre et les demandes que j'ai en ce moment à remplir, me laissent l'espérance d'arriver à ce chiffre. Les ventes de ce trimestre se sont élevées à 307 047 Frs, elles ont dépassé de 34 327 Frs celles du trimestre le plus élevé et de 78.743 Frs celles des trois mois correspondants".


Plaque émaillée anglaise de Imperial Enamel Co, Birmingham, vers 1910.


Les Allemands dans leur œuvre de germanisation avaient donc à lutter contre les souvenirs de la guerre, contre une crise économique doublée d'une crise morale atteignant l'âme alsacienne dans ses replis les plus intimes. Ils ont encore aggravé leur situation par des vexations de tout genre, qui auraient brisé des volontés moins bien trompées que celles des Alsaciens. A la suite des élections de 1887, l'opinion se surexcita, et la terreur fut décrétée. On vota la loi des maires, on commença la persécution contre tout ce qui rappelait la France. Les chants séditieux, comme la Marseillaise, furent punis de 400 marks d'amende et parfois de deux ans de prison. La guerre fut déclarée à la langue française. Les enseignes, étiquettes, marquées de cette tare, furent prohibées sauf quelques réserves ; le chocolat Menier fut arrêté à la frontière.

Fac-similé du Carnet de notes de M. Marcelin Berthelot.
M. Delépine, Professeur au Collège de France et Membre de l'Institut qui occupait la chaire de Chimie organique et qui fut autrefois celle du chimiste Marcelin Berthelot déposa sur le bureau de l'Académie, pour les Archives, un cahier de notes de laboratoire ayant appartenu à Marcelin Berthelot. L'intérêt de ce cahier, c'est qu'il se rapportait à une période peu connue de l'activité de Berthelot, celle où il dirigeait et contrôlait les fabrications chimiques de la Maison Menier, à Noisiel. Cette période s'étendait du 26 octobre 1860 au 23 mai 1863, d'après les inscriptions portées par Berthelot même sur son cahier. Gaston Menier sénateur a fait reproduire d'une façon parfaite ces pages de Berthelot dans une plaquette qu'il a offerte à la Bibliothèque de l'académie de sciences.
"Mon père (Emile-Justin) avait ouvert ses laboratoires aux grands chimistes d'alors, les Frémy, Balard, Sainte-Claire Deville, Laurent, Würtz, Gréhant, etc., qui avaient toujours trouvé à Noisiel les éléments nécessaires aux travaux et recherches qu'ils effectuaient. C'est alors que mon père, en 1860, avait obtenu le concours et le contrôle du jeune et déjà illustre Marcelin Berthelot qui poursuivait à Noisiel ses travaux de chimie synthétique avec un vif succès. Sur le cahier de notes, Marcelin Berthelot notait presque au jour le jour ses importantes recherches et travaux sur les produits synthétiques et entr’autres, on remarquera, à la date du 31 janvier 1862, la mention : "Synthèse de l'alcool" qui consacrait, comme on le sait, une des grandes découvertes de la chimie moderne."
(Souvenirs de Gaston Menier 8 Octobre, 1934)

Deux livrets manuscrits rédigés dans les années 1930 par Louis Logre qui fut, avec son père Jules Logre, architecte à l'usine Menier. Louis Logre fut également l'architecte en 1885 des réfectoires pour les ouvriers de l'usine Menier au cœur de la cité. La décision de restauration en 2017 des anciens réfectoires devrait permettre à cet espace patrimonial de retrouver son lustre et une fonction culturelle. Deux productions littéraires conséquentes avec de nombreux clichés photographiques, la première retrace la généalogie de la famille Menier, la seconde descrit de manière détaillée le château du duc de Levis racheté par la famille Menier au cœur du parc de Noisiel.

Avant la loi du 23 juin 1857, pas de législation spéciale concernant les marques de fabrique. Chaque commerçant apposait sur ses produits la marque qu'il souhaitait. Pour qu'il y est contrefaçon avérée, il fallait au préalable déposer la Marque suivant l'article 18 du décret du 22 germinal an XI, au Greffe du Tribunal de Commerce d'où relève le chef-lieu de la manufacture ou de l'atelier. La propriété de la marque était effective dès lors que celle-ci fut utilisée de manière courante. C'est le 2 août 1849 que Jean-Antoine-Brutus fit acte de dépôt de sa marque. Il mandata pour cette opération M. Simon-Antoine Neyroux. Par ce geste, il figeât dans les esprits les contours de ce qui deviendra un objet de détournement pour bon nombre de contrefacteurs.


L'Ariane est le yacht qui a conduit en 1902 M. Waldeck-Rousseau en Suède, Norvège et Danemark. Pendant cette croisière Gaston Menier rédigea au jour le jour, un recit de voyage qui retraçait la cordiale et charmante intimité des passagers de cette croisière. Faisant route vers le Nord, le yacht avait à son bord, M. et Mme Waldeck-Rousseau dont il reproduira les aquarelles dans son ouvrage, M. Fernand Crouan, Mlle Marie Crouan, Mme Raffard, belle-sœur de M. Gaston Menier, et le docteur Paul Barbarin, ancien interne des hôpitaux. Le samedi 28 juin 1902 à deux heures de l'après-midi, par une pluie qui força les passagers à rester à bord, concert et revue furent improvisés par les invités. De cette improvisation, une pièce de théâtre en 2 actes verra le jour et sera figée pour l'éternité sur papier avec comme titre " la Revue du Cercle Polaire " et jouée officiellement le 5 juillet. Ouvrage dédicacé par Gaston Menier :
"A Madame Waldeck-Rousseau en souvenir des quelques bonnes heures de traversée à bord de l'Ariane."

Si la croisière a largement été commentée par les journaux en son temps, ce qui ne l'a pas été ce sont des extraits de la revue donnée sur l'Ariane pendant la traversée; cet opuscule est donc un rare témoignage des réjouissantes théâtrales qu'appréciait Gaston Menier en amateur éclairé.

LES MENIER VENEURS

Tous les ans, Gaston Menier aimait clore la saison de chasse à Villers-Cotterets en apothéose par une curée aux flambeaux dans la cour de la vènerie. Ala tombée de la nuit, un superbe six cors avait été rapporté de la forêt. On l'avait écorché à l'abri des curieux, sa tête et sa peau, appelé également "nappe", avaient été soigneusement mises de côté. Le piqueux ordonna à un valet de désarticuler la jambe avant-droite de l'animal et de torsader la peau, puis il accrocha cette relique aux manches de sa dague glissée dans le ceinturon de sa tunique.

Gaston Menier et une dizaine de "boutons" se tenaient à l'intérieur du cercle des flambeaux vêtus de vestes rouges ornées de galons d'or, de culottes bleu-roi, de hautes bottes de cuir noir. Un homme, les jambes écartés au-dessus de la "nappe", maintenait les bois de la tête du cerf. Le piqueux, les valets de chiens, de veneurs, semblaient en faction derrière leur souverain. Ils entamèrent les fanfares de la curée, puis le piqueux mis sa trompe en sautoir et s'avança vers Gaston Menier.

Il enleva de sa dague la jambe et la peau torsadée, s'inclina devant Georges Menier. D'une main il ôta sa cape bleue, de l'autre il présenta le "pied d'honneur". Gaston Menier le conduisit auprès d'une invitée de son choix à laquelle il l'invita à faire les honneurs du pied, lui offrant ainsi le sacrifice de l'animal. Selon le rite, aucune parole n'était prononcée, sauf le "merci" du récipiendaire. "La cour des maîtres" de René Lucot

LES CÂBLES TÉLÉGRAPHIQUES


Voici la section d'un câble télégraphique sous-marin de l'usine Rattier-Menier de 1895. Un conducteur central en cuivre de 2,5 mm² est recouvert par 12 conducteurs de même matière de 0.6 mm². Cette partie est isolée par de la gutta-percha et forme l'âme du câble, partie conductrice diffusant le signal. L'âme est protégée par une enveloppe de chanvre qui devait être imbibée de poix, de goudron, d'huile ou de suif. 15 Brins d'acier disposés en hélice servent de protection mécanique et de tenseur, ils sont également recouverts de gutta-percha et terminent l'ensemble.


Le Monde n'en saura rien, aimable comédie en deux actes de 1907, de M. Gaston Menier, représentée dans la salle des fêtes de son hôtel 61 rue de Monceau. La première lecture a eu lieu, samedi 13 février 1904. Les rôles sont tenus par Mmes Marie Leconte, Cécile Sorel, de la Comédie Française, MM. Signoret, Mosnier et Tunc, du théâtre Antoine et Mlle Blanche Pierson pour la mise en scène.
Quelques rares spectateurs privilégiés ont leur place déjà marquée dans les salons de l'hôtel, de la rue de Monceau pour une unique représentation privée : Adrien Hébrard journaliste, Paul Hervieu romancier, Michel Carré auteur, Henri Menier et des notabilités du monde de la politique venues pour fêter les débuts dramatiques du député de Seine-et-Marne.

Et Gaston Menier de préciser : "L'été dernier, en juillet, pendant mes vacances à Rentilly, je me suis amusé à développer sous forme dramatique une idée que j'avais trouvée plaisante. Elle m'avait été inspirée par quelques cas assez fréquents de divorce et non par un cas spécial observé autour de moi, ainsi qu'on l'a dit. Il s'agit d'un jeune ménage qui s'est marié à la légère, dans le feu de la passion, sans examiner de trop près les clauses, du contrat et les conditions matérielles de. Son union. Les deux tourtereaux s'aperçoivent, mais un peu tard, qu'ils possèdent un bien dotal dont ils ne peuvent jouir qu'à la condition de rompre le mariage. Il faut qu'ils divorcent, presque au lendemain de leurs noces, s'ils veulent profiter de leur fortune. Ils s'entendent pour divorcer à l'amiable ; ils ne se sépareront que pour mieux se rapprocher. Ils deviendront ainsi des amants légitimes, de par la volonté du Code. Le sujet m'a séduit ; je l'ai traité avec un vif plaisir J'ai passé dos heures très agréables à l'écrire et j'ai mis environ un mois à achever ses deux actes. Le titre ? Le monde n'en saura rien. Des amis à qui j'ai lu cette comédie sans prétention l'ont jugée, amusante et gaie, et m'ont engagé. à la faire représenter. Devant leurs instances, je m'y suis enfin décidé".


La chocolaterie, le château Menier en 1899 photographiés par le commandant HIRSCHAUER depuis un ballon à la Hauteur de 900 M. Auguste-Edouard Hirschauer Polytechnicien en 1876, il débuta sa carrière militaire en 1881 dans le Sud Oranais. Reçu à l'Ecole de Guerre en 1889, il entra en 1898 au service d'aérostation de l'Armée et en devint le chef en décembre 1909. Sur cette photo apparait encore le grand château dans le parc de Noisiel ; pas encore construits, la Cathédrale et le pont hardi la reliant à la rive gauche de la marne.


Le prince de Galles chasse à courre en forêt de Villers-Cotterêts. Avant le départ de la chasse, de gauche à droite : (1) Hubert Menier, fils de Georges ; (2) Jacques Menier, fils de Gaston Menier ; (3) Suzanne Broudehoux, femme de Jacques ; (4) le Prince de Galles ; (5) Georges Menier, fils de Gaston Menier ; (6) Simonne Legrand, femme de Georges Menier ; (7) Gaston Menier, fils d'Emile Justin Menier ; (8) Claude Menier, fils de Georges Menier.
Le prince de Galles vient de participer à une chasse à courre en forêt de Retz, en 1924, Gaston Menier adresse au docteur Mouflier, une lettre qui est reproduite en tête de la brochure faisant le récit de cette chasse. Elle débute ainsi :
" Mon cher Maire, Vous m'avez manifesté le désir de conserver dans la bibliothèque de la ville de Villers-Cotterêts, le petit compte-rendu très familier et interne que j'avais écrit pour rappeler à nos amis la chasse intéressante que S.A.R. le prince de Galles avait bien voulu accepter de venir suivre avec nous dans la forêt de Retz le 12 janvier 1924. C'est avec plaisir que je vous envoie un exemplaire de ce très court opuscule." Le document contient également une copie de la lettre de remerciement reçue de l'ambassade Britannique de la part du Prince de Galles.


Salon du château de Rentilly; sur chevalet, peinture de François Flameng représentant Julie Rodier, femme de Gaston Menier

En Mai 1990 le château de Rentilly, possédant plusieurs grands salons, 22 appartements de maitre, un jardin d'hivers, de vastes communs, un vaste parc dessiné par Le Nôtre, des arbres séculaires, une pièce d'eau, l'ensemble sur 47 hectares clos est mis en vente aux enchères, la mise à prix est de 700.000 Fr., le mobilier est également disponible pour 100.000 Fr.
Mais le château ne trouvera pas preneur, il sera de nouveau mis en vente aux enchères en 1891 pour une somme de départ de 500.000 Fr. Finalement Gaston Menier en deviendra propriétaire pour la modique somme de. 1700.000 Fr. en 1891.

LES OBSÈQUES D'ÉMILE JUSTIN MENIER


Héliogravure de Paul Dujardin représentant une couronne mortuaire sculptée par Jean Barnabé Amy, dédicacée au nom de l'ensemble du personnel des établissements Menier : " A Madame E.Menier et à ses enfants. Hommage respectueux de tout leur personnel, le 17 février 1881 ".

C'est aujourd'hui samedi, à midi très précis, qu'auront lieu à l'église Saint Philippe-du-Roule les obsèques de M. Emile Justin Menier, manufacturier, député de Seine-et-Marne, officier de la Légion d'honneur, membre de la Chambre de Commerce de Paris, décédé avant hier, à Noisiel, dans sa cinquante-cinquième année. Les employés des Pompes funèbres ont commencé, hier soir, la décoration funèbre de l'hôtel de l'avenue Van Dyck, n° 5, qu'habitait M. Menier lorsqu'il était à Paris. Cette décoration consiste en une façade monumentale, de la hauteur de deux étages, partant du grand vestibule d'honneur et empiétant largement sur la cour. Construite en forme de pourtour, cette annexe de l'hôtel facilitera la circulation des invités montant ou descendant l'escalier qui conduit au vestibule. C'est dans ce vestibule entièrement tendu de noir et transformé en chapelle ardente, éclairé de candélabres et de torchères que sera exposé ce matin le cercueil de M. Menier. Deux salons, l'un à droite et l'autre à gauche, seront mis à la disposition des invités pour attendre l'heure du départ du cortège. Le corps du défunt a été mis en bière hier soir à NoisieL. Il arrivera à Paris dans la nuit et sera transporté aujourd'hui à la première heure à l'hôtel du Parc Monceau. Le convoi se composera d'un corbillard à quatre chevaux empanachés, et de quatorze berlines ou voitures de deuil. Le corbillard sera décoré de trente-quatre écussons à l'initiale M. En tête du cortège marcheront quatre maîtres des cérémonies, suivis d'un officier en manteau, porteur des décorations du défunt. A l'église Saint-Philippe-du-Roule entièrement tendue de noir à l'intérieur, les draperies seront rehaussées par quatorze écussons à la lettre M, quatre autres écussons décoreront en outre le catafalque. A l'extérieur, le portail sera enveloppé de tentures noires surmontées de trois écussons du même genre. Après la cérémonie religieuse qui durera une heure au moins, le convoi se dirigera vers le cimetière du Père-Lachaise où l'inhumation aura lieu dans le caveau de la famille Menier. (Le Figaro du 19-02-1881).

LE TRAIN FRANCO-CANADIEN 1920-1921

"Messieurs, j'ai eu l'honneur d'être président du comité d'organisation du train-exposition de France-Canada, créé avec tant de succès, il y a deux ans, et, j'ai encore le souvenir de l'accueil enthousiaste que nous avons reçu des Canadiens lorsque ce train canadien, construit spécialement par la Canadian Pacific, chargé de produits français, parcourut ce grand pays. Aujourd'hui nous avons l'occasion d'offrir en échange, au Canada, une exposition analogue à celle dont nous avons été gratifiés par ses soins.

Là-bas, nous avons été accueillis avec toute la générosité susceptible de favoriser l'exécution de notre projet. Nous avons eu, sous la puissante égide de M. le sénateur Beaubien, l'apôtre de cette idée, le concours des grandes compagnies de chemins de fer, des membres du gouvernement, des universités commerciales et lorsque le train portant des produits français et pavoisé des couleurs françaises eut accompli son circuit autour du Canada, lorsqu'il eut, appuyé par des conférences et des cinémas, visité cinquante-deux villes, il est revenu à Montréal.
Là, sur l'invitation de M. Daoust, président de l'institut des hautes études commerciales, dans le palais de cette création véritablement admirable, élevé à Montréal par le commerce canadien, nous avons été accueillis avec la plus touchante sollicitude. Nos produits ont été placés dans un immense hall où ils ont donné lieu à une exposition fixe, complétant l'exposition circulante. Cette démonstration en faveur des produits français a attiré une foule considérable ; on estime à plus de 350,000 le nombre de personnes qui ont visité le train.
Aujourd'hui, en donnant au Canada la formelle assurance que nous voudrons, par réciprocité, permettre ainsi de faire connaitre à notre tour en France les produits canadiens dont beaucoup complètent les nôtres, nous allons au-devant des vœux de ceux qui veulent avec ce grand pays non pas seulement une alliance de cœur, mais aussi une alliance d'intérêts. Les accords commerciaux, soumis à l'approbation du Parlement, en sont la preuve matérielle. Pouvons-nous oublier qu'il y a là-bas, comme vous le savez, de nombreux descendants de nos vieilles provinces françaises et que partout, au Canada, le symbole de la France est acclamé.
Nous avons vu les fils du Canada venir confondre leur sang avec celui de nos enfants sur les champs de bataille de la dernière guerre. Ils sont accourus à notre aide contre l'envahisseur et se sont fait tuer avec la plus grande bravoure au champ d'honneur et je salue en passant le fils de l'honorable M. Lemieux, président de la Chambre des communes du Canada, tombé à vingt et un ans sur la côte de Vimy ; nous avons vu particulièrement l'héroïque conduite du 22° bataillon canadien ayant à sa tête le général Tremblay s'illustrer dans l'Artois et tant d'autres ! L'occasion nous est offerte aujourd'hui de montrer que nous conservons plus que jamais le souvenir de ce glorieux passé et que nous sommes heureux d'apporter à notre tour, une fois de plus à cette occasion, l'expression des sentiments généreux et toujours vivants qui animent la France à l'égard de ce grand pays et de rendre ainsi plus étroits les liens qui nous unissent à lui."

SENAT, séance du 29 mars 1923 M. Gaston Menier.


Oeuvre originale offerte à Mr Gaston Menier par le COMITÉ FRANÇAIS DES EXPOSITIONS
et le COMITÉ D'ORGANISATION DU TRAIN FRANCO-CANADIEN. En 1923 une reproduction en taille réduite fut réalisée.

CODOS ET ROBIDA A L'AÉRO-CLUB DE FRANCE


Le 24 janvier 1932 Cados et Robida ont atterri au Bourget après avoir accompli un vol de 11,000 kilomètres en trois jours, cinq heures 40 minutes, battant ainsi de trente heures vingt minutes le reccord de Cosles, revenu d'Hanoi à Paris en quatres jours et douze heures. Les aviateurs français ont été reçus à l'Aéro Club de France, par M. Soreau, vice-président, qui prononça une courte allocution au nom de l'Aéro-Club. Mr Chaumié, directeur de l'aéronautique marchande, représentant le ministre de l'Air, félicita les deux aviateurs au nom du gouvernement et traça en un rapide exposé les progrès accomplis par l'aviation française. Des coupes de champagne furent vidées après que Mr Bréguet et Mr Lacoste, constructeurs de l'avion et du moteur, eurent à leur tour félicité Mr Codos et Mr Robida.
(1) Mr Chaumié, représentant le ministre de l'Air, (2) Mr Codos, (3) Mr Soreau, (4) Mr Robida, (5) le maréchal Franchet d'Espèrey, (6) le colonel Renard, (7) Mr Bréguet et (8) Mr Gaston Menier, (9) Mr Jean-Jules Lacoste.

ÉVOLUTION GRAPHIQUE 1930

Une réactualisation par EDIA (Etablissements Lévy et Neurdein réunis) de la fillette de Bouisset s'effectue en 1930 au moment du lancement d'un nouveau produit en pleine vogue "Arts Déco". Le cahier des charges imposé au graphiste (pseudonyme O.GUS) par Menier stipule une continuité dans le personnage et son expression. Quant à la stylisation de l'affiche, elle trahit l'influence des maîtres du moment. Géométrisation des formes composée principalement d'aplats largement colorés et de quelques touches d'aérographes. Les cheveux [coupe Channel ou garçonne) et la jupe sont courts, un simple corsage blanc remplace corsage et caraco,l'allure est sportive, le mouvement plus libre.Les accessoires sont toujours là. Ce nouvel avatar fut utilisé pendant une dizaine d'années par Vic, Henchoz et Sendraf, des illustrateurs moins talentueux, qui réalisèrent des publicités figuratives pour la presse illustrée

ÉVOLUTION GRAPHIQUE 1950

En 1948, une nouvelle version néo-réaliste est donnée par William Péra de la "petite fille Menier", création très américanisée, qui devient blonde et semble esquisser un pas de bebop dans sa jupette à larges plis. Mais sa durée de vie sera éphémère car, dès le milieu des années 50, la direction prenait conscience du fait que ce personnage-type constituait en réalité une entrave à la définition d'une image de marque renouvelée, tournée vers les chocolats fins et non plus vers ce bon vieux chocolat dit de santé qui avait conquis tous les foyers depuis la fin du siècle précédent.

 

TYRA SEILLIERE

 

Madame Hélène Thyra Seillière (l'élégante brune à droite), fille du baron Raymond Seillière et de la baronne d'Orzegowska. Première rencontre avec Henri Menier vers 1897, elle est alors âgée de 17 ans. A cette époque, Mathilde Heintz est la compagne d'Henri Menier mais non son épouse. Elle demeure à Paris, 8 rue Alfred-de-Vigny, où elle décédera le 24 février 1910. Thyra Seillière sera la femme d'Henri Menier en Juin 1911 jusqu’à la mort de ce dernier en 1913 .
Extrait du film "J'ai tué !" de Roger Lion 1924, Richard-Pierre Bodin producteur et mari de Thyra Seillière dont la société de production s'appelle "Thyra Film". Version reconstituée en 1990 par Renée Lichtig, plus d'informations sur : les films perdus

J'ai tué.. (critique "le Candide" 1925). Sessue Hayakawa, qui est venu se réfugier en France parce qu'il n'avait plus en Amérique son prodigieux succès d'autrefois, a tourné un film drainatique en collaboration avec Roger Lion. Cela n'alla pas sans mal,chacun donnant son avis. Le pauvre Roger Lion subit un bon nombre d'humiliations :l artiste japonais se lançait dans des colères terribles chaque fois que Fon osait discuter ses ordres. On espérait que le film aurait à la fois les qualités des films français et celle des films américains. Il n'en a que les défauts. Curieuse histoire vraiment que celle d'une femme du monde qui consent à se montrer publiquement en compagnie d'un aventurier qui fut son amant et d'une fille plus qu'équivoque! Non moins curieux ce Japonais qui débarque en France sans motif et en repart précisément au moment où celle qu'il aime a besoin de lui. Ce mélo ou plus exactement ce méli-mélo n'a pas trouvé un public très enthousiaste. Richard-Pierre Bodin, producer du film, n'avait pourtant pas lésiné pour sa confection.. Il payait un cachet de 1.000 fr. par jour à Mme Huguette Duflos et le double à Sessue Hayakawa. La France est décidément en progrès. Ses films commencent à devenir aussi chers et aussi mauvais qu'en Amérique.

Oui, j’ai aimé

En 1943 Thyra Seillière fait ses débuts dans les lettres. Thyra Seillière, après avoir beaucoup vécu, a atteint l'âge des souvenirs : elle les publie, avec une certaine franchise, sous un titre qui a le mérite de bien dire ce qu'il veut dire : Oui, j'ai aimé, affirme péremptoirement cette nouvelle mémorialiste. Cousine du baron Seillière, de l'Académie des Sciences morales, elle est la nièce de feu la princesse de Sagan, duchesse de Talleyrand, et elle eut pour tuteurs Antony Ratier, qui fut garde des Sceaux et le général Henrion Berthier, qui fut maire de Neuilly. Beaucoup d'hommes dans les souvenirs de Mme Thyra Seillière, tous sont morts, et depuis longtemps. L'indiscrétion de l'auteur n'est plus de la médisance, c'est tout au plus une petite violation de sépultures. Un retour de flamme.

Thyra Seillière, jeune fille du monde mai sans fortune, se préparait pour l'Opéra, quand le premier mari se présenta en 1911. Ce quinquagénaire se présentait bien ; il était l'un des hommes les plus riches du monde : Henri Menier fabriquait ce fameux chocolat, " le seul qui blanchisse en vieillissant ". Thyra Seillière joua, au naturel, la petite Chocolatière. Un rôle en or, Henri Menier possédait, en forêt de Villers- Cotterêts, un équipage réputé, deux yachts, l'Almée, de 250 tonneaux, la Bacchante de 1.000 tonneaux dont l'équipage comptait 60 matelots et qui reçut Guillaume II aux régates de Kiel, et des châteaux un peu partout. La vie de la jeune Mme Henri Menier se passait en chasses à courre, en croisières, en séjours enchantés dans les magnifiques résidences d'Henri Menier à Villers-Cotterêts, à Vauréal, et à Cannes, où l'industriel avait fait construire sur un rocher une villa à l'italienne, meublée de pièces de musée.

Un jour, pour sa fête, Henri Menier fit à sa jeune femme un cadeau peu banal : J'ai acheté pour vous, lui dit-il, le château de Chenonceaux ! Et, comme Thyra se récriait, il ajouta : En vous offrant Chenonceau, en donnant pour cadre à votre chère présence ces vieilles pierres royales magnifiées par tant de prestigieux souvenirs, j'ai voulu vous rendre l'hommage que les châtelains de la Renaissance offraient à la dame de leurs pensées. Ce galant chocolatier traitait sa femme comme les rois leurs maîtresses. Il fit mieux, II lui offrit une ile. Une île de 250 kilomètres de long, à l'embouchure du Saint- Laurent. Louis XIV l'avait offerte à Louis Jolliet, le fameux explorateur. Henri Menier l'offrit à sa femme. C'était une île déserte ; il en fit un royaume, avec des villages, une route, un chemin de fer, des abattoirs, des usines, un hôpital et une église pour laquelle il avait signé un concordat avec le pape. La châtelaine de Chenonceau devenait reine d'Anticosti. Après quoi Henri Menier mourut en 1913. Ce fut son troisième cadeau. Fichu cadeau. Le beau rêve se termina dans un cauchemar de procès en succession qui firent grand bruit dans le monde judiciaire et ne laissèrent à Thyra Menier qu'une faible partie de la fabuleuse fortune dont elle avait eu la jouissance. Dans les années qui suivirent.

Thyra Seillière fut la muse d'un grand poète dont elle laisse deviner le nom et qui mourut prématurément pour avoir abusé des paradis artificiels ; puis elle devint l'Egérie d'un grand homme d'Etat, Aristide Briand. Après ces tendres et idéales excursions dans la poésie et la politique, Thyra Seillière revint à ses premières amours. Elle se remaria, dans l'alimentation. En 1917, elle épousait un des hommes les plus riches de Russie, le Biélorusse Pierre de Elisseieff. La révolution d'octobre éclatait, Pierre de Elisseieff, bien que sa tête y fût mise à prix, partit pour Saint-Pétersbourg pour récupérer ses biens confisqués par les communistes. Mais à son retour il mourut à Helsinki dans des conditions qui n'ont jamais pu être élucidées. Veuve pour la deuxième fois, Thyra Seillière en 1924, se mariait de nouveau. Cette fois avec un jeune journaliste d'une beauté insolente, Richard-Pierre Bodin. Leur union fut plus brève encore. Un matin, on trouva Richard-Pierre Bodin sans vie dans un meublé sordide du faubourg Saint-Martin. Avec une vie si mouvementée, Mme Thyra Seillière aurait pu écrire un conte de fées, deux ou trois romans, mais avec cet ouvrage Thyra Seillière s'est contentée de faire une fin. En 250 pages, elle dresse quelque chose comme un bilan, avant liquidation. (Critique inconnu)

EX-LIBRIS


Vu son expérience dans la papeterie et la gravure ainsi que de ses liens avec les hommes de lettres, la Maison Maquet fournit à sa clientèle des ex-libris personnalisés, répondant ainsi aux attentes des bibliophiles passionnés. Ex-libris monogrammé THM et affichant la devise suivante : Faire mon devoir. Le livre présenté sous le lien est dédicacé par Henry Bataille, à l'intention d'Henri Menier : " A Mr Henri Menier, sympathique hommage, pour remplacer la carte postale ; Vivières 1912. " Le célèbre dramaturge possédait un château acquit en 1910 proche de Villers Cotterêts, terrain de chasse de la fratrie Menier, qui ne pouvait ignorer une telle promiscuité; Henry Bataille était donc un " voisin de forêt ".
Au-delà d'une possible relation de classe, l'influence du poète et penseur, sur la réflexion de Thyra Seillière, est bien réelle, un commerce spirituel s'institua entre Henry Bataille et Thyra Seillière. Cette fusion spirituelle apparait dans son ouvrage : L'intelligence du cœur, " Je me suis inspirée de ces lignes écrites par Henry Bataille, en 1917, durant les jours les plus sombres de l'autre guerre. " // " Henry Bataille avait raison. Une simple vérité suffit parfois à changer une existence. " Connais-toi toi-même ", disait le sage antique. Se connaître soi-même, c'est se connaître dans le passé, le présent et l'avenir. " La vierge folle (pièce en 4 actes, représentée pour la première fois au le Théâtre du Gymnase le 25 février 1910) est donc un ouvrage issu de la bibliothèque personnelle de Thyra Seillière : édition originale, reliure en demi basane marbrée caramel, dos à cinq nerfs, orné de doubles caissons dorés et décorés de motifs floraux dorés.


Les régates de la Société Nautique de Lagny le 26 Mai 1935.

Dès la création de cette Société en 1905, la présidence d'honneur est confiée à Gaston Menier, Jacques Menier en sera le Président d'honneur puis vice-Président quelques années plus tard. Dès 1910 Gaston Menier signalait l'importance progressive prise par la société nautique de Lagny et l'affluence des touristes qu'elle provoquait dans la région de par l'organisation de croisières sur la Marne et de manifestations nautiques, Il insista donc pour que le Conseil général lui donne une marque de sympathie en lui allouant 100 Fr. En cet après-midi du 26 mai, Les régates annuelles de la Société nautique de Lagny ont eu lieu dans le bassin de Dampmard. C'est au cours de cette manifestation nautique qu'à été disputé le challenge Jacques Menier. Ce challenge est attribué pour un an à la Société participant aux quatre épreuves de skiff et qui totalisera le plus de points. Challenge qui sera définitivement acquis par la Société qui l'aura remporté trois fois consécutivement ou cinq fois non consécutivement. Ce critérium de vitesse comporte quatre épreuves de skiff dont voici les détails et vainqueurs.

1-Skiff pour sculleur n'ayant Jamais disputé une épreuve en skiff), distance 600 mètres : Union sportive du Métro, Vinson.
2-Skiff Junior, distance 1.200 m : Union sportive du Métro, Vinson.
3-Skiff députant 600 mètres : Union sportive du Métro, Vinson.
4-Skiff (senior) 600 mètres : Société nautique de Lagny, Saurin.

A l'exposition coloniale de 1931 Gaston Menier assurait un service de voitures attelées par des ânes pour le transport des visiteurs dans l'enceinte de l'Exposition, cette disposition aurait grandement pu satisfaire la jeune population organisée en caravanes d'enfants par la ville de Paris. Mais Paris déclina l'offre généreuse de Gaston Menier ; ce qui n'empêcha pas ce dernier de régaler les jeunes seine-et-marnais, accompagnés de leurs instituteurs, avec des gouters composés d'une ou deux tasses de chocolat, de brioches chaudes et d'eau minérale. Le soir venu, ces jeunes visiteurs embarquaient à 19 heures à la gare de Reuilly, dans des trains spéciaux affrétés par la Compagnie des Chemins de fer de l'Est pour rejoindre leur foyer.

Le pavillon Menier, situé sur la rive sud du lac Daumesnil, était confortable et très élégant ; le public bourgeois parisien, assez distingué, y trouvait, tables et chaises, service de qualité pour y consommer, pour 1 franc, un chocolat chaud de marque Jolta, nouvelle venue dans le catalogue prix courants de la maison Menier. Les collaborateurs gardaient de cet évènement, et en remerciement des services rendus, un joli médaillon émaillé. Plus de deux millions de personnes vinrent déguster les produits Menier. Inspirée par ce succès, la Maison Menier ouvrira quelque temps après, avenue des Champs-Elysées, un Salon de Dégustation. C'est là que les amateurs de chocolats pourront consommer, non seulement le chocolat à la tasse, mais encore les nombreuses variétés de chocolats à croquer, les Confiseries au Chocolat et notamment, la collection de boîtes et de coffrets destinés aux cadeaux de fin d'année.


Musette de ravitaillement vers 1950

Aux contrôles de ravitaillement la musette de satinette jaune Chocolat Menier est aussitôt vidée de son contenu par le coureur qui place les bidons sur le guidon, les aliments dans les poches de son maillot, et la petite musette vide est alors abandonnée, car les coureurs n'aiment pas être gênés dans les entournures. Elle est généralement ramassée par un admirateur et devient alors un trophée célèbre que l'on se montre au village. Identifiée par le numéro de dossard 17, cette musette devait probablement appartenir à Stan Ockers, 2e du tour de France en 1950. Mais d'autres courses bénéficiaient des largesses de l'entreprise Menier, telle la course Paris-Nangis, ouverte aux amateurs, et offrant une prime de 300 frs ainsi que des musettes au départ de la course. Sans oublier une distribution de bonnets et chocolats à l'arrivée.

Le 25 septembre 1929, Henri Desgrange décrit dans L'Auto les grandes lignes de la vingt-quatrième édition du Tour de France. Celle-ci sera révolutionnaire. L'épreuve se disputera selon la formule des équipes nationales. Cinq formations de huit coureurs, sélectionnés par l'organisation, représenteront leur pays (France, Belgique, Italie, Espagne, Allemagne), le reste du peloton étant composé de touristes-routiers. Les vélos des coureurs des équipes nationales seront tous identiques, fournis par L'Auto et de couleur jaune. Néanmoins, Henri Desgrange, qui a jusque-là toujours soutenu l'idée d'une course " strictement individuelle ", inscrit dans le règlement une disposition ambiguë : "La course restera individuelle, mais l'esprit d'équipe sera toléré."

Avec ce système, Henri Desgrange pouvait craindre la réaction des marques de cycles, contraintes de s'effacer. En fait, ces dernières, touchées par la crise économique qui sévit en Europe, se réjouissent plutôt de voir l'organisateur du Tour prendre à sa charge tous les frais (vélos, hébergement, etc.). Pour financer l'épreuve, plusieurs mesures sont adoptées. La principale est la création de la caravane publicitaire, appelée à devenir un élément essentiel de la Grande Boucle au fil des ans ; le chocolat Menier, dont le chef de la publicité Paul Thévenin organise la distribution de bonnets et de tablettes avant le passage des coureurs, fournira la majorité des subsides. Par ailleurs, pour accueillir une étape, les villes devront désormais acquitter une redevance.

Trois mois avant le début du Tour, le service qui s'occupe de cette organisation commence son travail. Il lui faut d'abord répartir dans chacune de localités choisies comme lieu de contrôle, et il y en a 16 : 4.000 bananes pour les cyclistes, 1.100 musettes, 200 kilos de chocolat, 300 kilos de sucre, 100 kilos de pruneaux, 300 feuilles de papier sulfurisé, pas destiné à être mangé, mais simplement à envelopper les sandwiches. Ceci pour la nourriture non périssable. La nourriture périssable est achetée sur place. Elle est composée de viande, de fruits, et à propos de fruits, 6.000 bananes sont consommées par les coureurs durant le Tour de France. Les-six ravitailleurs voyagent par chemin de fer. Chaque musette remise aux coureurs contient : une tranche, soit de poulet, soit de veau, soit de jambon, un sandwich-confiture, des pruneaux, des bananes, un gâteau de riz, du sucre, une tablette de chocolat au lait. De plus, il est remis à chaque contrôle du thé, du café ou du chocolat. En outre, à chaque fin d'étape, il est fourni aux " touristes routiers " seulement un complément de ravitaillement : sandwich-confiture, tablettes de chocolat au lait. Ce ravitaillement coûte de 60 à 80.000 francs par épreuve.

LE PRIX DE LA MONTAGNE

Le Chocolat Menier, cette grande marque française à la tête de laquelle se trouve M. le sénateur Gaston Menier, est une des plus fidèles amies du Tour de France. Depuis que nous avons adopté la formule d'équipe nationale, c'est-à-dire depuis 1900, le Chocolat Menier n'a jamais manqué de ravitailler nos coureurs avec son chocolat universellement connu et apprécié ; Il ne se contente pas de distribuer à profusion ses exquis chocolats, il donne des bidons et musettes aux 80 sélectionnés garnies de ce bon chocolat qui, sous une forme réduite, contient une réserve de force telle qu'en croquer une simple tablette calme les crampes d'estomac les plus récalcitrantes. Mais Mr Gaston Menier, que secondent si admirablement son fils M. Jacques Menier et son petit-fils Mr Antoine Menier dans les somptueuses usines de Noisiel, ne veulent pas limiter leurs générosités aux dons en nature, ils tiennent à ce que de bonnes espèces viennent en plus faire sentir à nos champions toute la sympathie qu'ils ont pour eux.

Oui, le Chocolat Menier aime les p'tits, gars du Tour, comme dit la chanson officielle de notre épreuve, il aime surtout les grimpeurs, monteurs de cols et c'est à ceux-là que vont les 35.000 francs qu'il attribue chaque année à notre grande épreuve. (L'Auto-vélo 27e Tour de France 1933)


Boite métallique pour vivres de réserve Chocolat Menier 1916, 1918

Ces boites correspondaient à la ration réglementaire en temps de guerre. Elles répondaient à la nécessité de doter les hommes de vivres de réserve individuels. Chaque homme possédait dans son havresac des vivres de réserve pour une durée de 2 jours constituées de : pain, sucre, café, potage, viande et 250 gr de chocolat ; le paquetage était complété de : gamelle, bidon, tente avec accessoires, capote ou veste, caleçon, chemise, guêtres de toile, bonnet, mouchoir, livret, Brosse à : chaussures, habit, fusil ; boîte à graisse, souliers, sous-pieds, savon.

Il était absolument interdit aux hommes d'entamer les vivres de réserve d'eux-mêmes. Elles n'étaient consommées que sur l'ordre du chef de corps ou du détachement lorsque tout autre mode d'alimentation était impossible. Elles étaient alors remplacées dans le plus bref délai. La quantité et la nature des vivres de réserve étaient modifiées au moment d'une attaque, quand on pouvait prévoit que les trains ne suivraient qu'avec d'assez longs retards. Sur un front stabilisé, des dépôts de vivres étaient organisés aux divers échelons, en prévision de bombardement intense ou d'encerclement. Le chocolat Menier faisait alors partie des interminables convois de ravitaillement que constituaient toutes les marques commerciales parisiennes.

Les troupes s'installent dans les tranchées, au fond de leurs abris. Un tir de barrage coupe toute communication entre les lignes. Les boyaux sont détruits, les tunnels sont obstrués, les ouvrages sont isolés complètement et n'ont plus, avec les autres fronts, que la liaison incertaine et fragile du téléphone. Il faut s'alimenter cependant, soit que l'on marche, soit que l'on s'immobilise. C'est alors que les hommes ont recours aux vivres de réserve : pain de guerre (galettes de biscuit), conserves de viande, potage salé, chocolat, sucre, café en tablettes. Il doit y avoir, en principe, deux jours de vivres dans le sac, et un jour dans la voiture de compagnie, si les troupes se déplacent, ou dans les dépôts de réserve de chaque compagnie (dans les abris mêmes du secteur) si les troupes restent dans leurs lignes. Ajoutons que l'entretien de ces vivres, dans certains centres très humides et infestés par les rats, qui pénètrent jusque dans les sacs des hommes, est particulièrement difficile, car le métal même des boites étanches, où l'on enferme pain, potage, sucre ou chocolat, finit, à la longue, par devenir poreux. Les officiers d'approvisionnement des corps doivent minutieusement veiller au remplacement des vivres avariés, ainsi qu'au bon entretien des points d'eau. Les Allemands joignent à leurs vivres de secteurs des caisses de bouteilles d'eau minérale dont la conservation est aisée et qui se manipulent et se déplacent aussi facilement que des boîtes de conserve. L'exemple pourrait être suivi. D'autre part, il ne serait pas très coûteux de défendre les vivres du sac contre les rats au moyen d'une légère enveloppe métallique. (La guerre Mondiale : 1917)

Quant au régime de la correspondance des prisonniers français, une seule lettre par mois, et une toute petite carte par semaine. Bien entendu, lettres et cartes lues par l'autorité allemande, qui supprimait le droit d'écrire aussitôt qu'une phrase lui déplaisait. Pour dire, la vérité, il fallait recourir aux subterfuges les plus ingénieux. L'un écrivait par exemple : " J'ai de mauvaises nouvelles à t'apprendre. Le capitaine Gaston Menier est mort, le commandant Painlevé est grièvement blessé, et le colonel Parmentier est moribond. " Cela voulait dire qu'il n'avait plus de chocolat (Menier) à manger ; que le pain et les pommes de terre commençaient à manquer.


Cadre publicitaire chocolat Gaston Menier

Création de la société en nom collectif des chocolats Gaston "Menier" le 13 août 1908 entre Gaston Menier et Alfred Labouesse. Ce Gaston Menier était étranger à l'industrie du chocolat, il résidait à Courpalay, loin du siège social parisien, où il exerçait sa profession de charpentier. Au terme du contrat liant les deux hommes, seul Labouesse assurait le fonctionnement de l'entreprise. La cour d'appel du 10 Juin 1910 ordonna la radiation de la société Gaston Menier et Compagnie, la confiscation du matériel, le versement d'une amende aux appelants de Noisiel.


En 1935, la MG N°4 de 750 cm3 monoplace type "R", à compresseur, quatre roues indépendantes et suspension par barres de torsion, était révolutionnaire pour l'époque, cette voiture détiendra le nouveau record à Montlhéry parcourant les 2. 947 km à la moyenne de 133 km/h. A noter que seules 10 voitures de ce modèle furent construites par la société M.G. qui les réservait à ses représentants officiels. Dès son apparition, cette voiture surclassait ses concurrents, notamment au Bol d'Or Automobile de 1935 en forêt de Saint-Germain-en-Laye.

L'écurie Jacques Menier, avec la la MG N°4, pilotée par Maillard-Brune, battit le record général de l'épreuve que détenait Cirean-Cabantous depuis 1930 avec 1.864 km. L'issue de la course est restée très improbable jusqu' à la dernière heure. Debille resta en tête de la 10e à la 20e heure, tandis que Foultier lui succédait. Maillard-Brune, handicapé au début par une mauvaise arrivée d'essence et le givrage de son carburateur, perdit 2 heures ; cependant, il remonta progressivement à vive allure et ce n'est qu'à neuf minutes avant la fin qu'il prit la tête pour terminer 1er en couvrant 108 kilomètres dans la dernière heure. Voiture décidemment la plus rapide, elle termina l'épreuve en parcourant 1.963 km.

LES MG DE L'ECURIE JACQUES MENIER

De 1934 à 1936, l'écurie Jacques Menier disposait de 5 MG.
(1) La J2 de Philippe Maillard-Brune qui avait déjà disputé le bol d'or de 1933 et pilote officiel de l'écurie ; Charles Druck apporta son concours en solo et en co-pilote pour les records d'endurance.
(2) La J4 de Philippe Maillard-Brune, châssis J4008, 1er au bol d'or et abandon aux 24 heures du Mans de 1934 avec Druck. (Voiture restaurée en Allemagne).
(3) La K3 de Philippe Maillard-Brune, châssis K3029, 1er au bol d'or, aux 24 heures du Mans de 1935 avec Druck, 1er au bol d'or de 1936. (Voiture démontée en Angleterre).
(4) La R monoplace de Philippe Maillard-Brune, 1er à la Coupe des petites cylindrées, 1er à la Coupe d'argent 1936 ; voiture équipée du moteur Salmson, 8 cylindres par Eugène Martin. Châssis et moteur réunis en Allemagne. (Voiture démontée).
(5) La J2+PA avec respectivement un châssis 3176 et 1355 (d'origine).

 


Broche comémorative (collection Saga Menier)

A l'exposition universelle de 1900 une reconstitution d'un vaisseau de guerre de la marine de Louis XIV a été présentée aux visiteurs. Ce vaisseau se trouve dans l'ancienne galerie des machines, près de la porte de l'avenue de la Bourdonnais. Il est armé et équipé avec sa voilure et ses cordages. Le vaisseau est incomplet. La maison Menier, dont il constitue l'exposition, n'ayant pu obtenir l'emplacement suffisant pour édifier complètement ce navire a dû se borner à en reconstituer les parties principales : l'avant avec son mât de beaupré et sa proue ornementée, l'arrière qui se distingue par ses dimensions gigantesques et sa décoration artistique. Par convention et à cause de l'effet décoratif qui était recherché, l'arrière a été rapproché et placé sur l'avant ; sauf cette modification, chacune des parties du navire est exacte en elle-même. Cet arrière caractérise les vaisseaux de cette époque. On se préoccupait bien moins alors de la stabilité des navires que de leur aspect décoratif. Ce vaisseau portait le nom de Triomphant. Il a été reconstitué avec tous ses détails authentiques à l'aide de modèles et de gravures découverts, après de patientes recherches, dans les archives des arsenaux et chez des collectionneurs. Une inscription placée sur le navire indique le motif de cette reconstitution:
Le vaisseau du Roy, le Triomphant Battant pavillon de l'amiral D'Estrées, vainqueur de Tabago, revient à Brest avec l'Escadre le 10 octobre 1679 après avoir établi le commerce français aux Antilles. Il apporte au roi Louis XIV Parmi de nombreux présents, Le chocolat préparé avec le cacao provenant des premières plantations de la Martinique.
C'est pour la maison Menier un événement historique qui sera souligné par la réalisation d'une broche commémorative à l'intention des personnels des Usines Menier.

MONNAIE DE NÉCESSITE


Dès le début des hostilités de la première guerre mondiale la crise monétaire commence à sévir, très vite on constate la disparition des pièces de monnaie par suite de la thésaurisation des espèces monnayées en or et en argent, la collecte officielle de l'or et la réquisition des pièces de métal stratégique comme le nickel. Cette raréfaction perturbe la vie familiale, collective, industrielle et commerciale des provinces, touchant toutes les classes de la population. Pour combler ce manque, des espèces de monnaies de nécessité voient le jour, tels les " tickets-monnaie ", les " timbres-monnaie " et les pièces aux formes et de matières les plus diverses, émises tant par des particuliers (commerçants ou sociétés) que par les Chambres de Commerce et les Municipalités ; la famille Menier ne restera pas inactive et frappera sa propre monnaie. Cette dernière est fabriquée avec une matière sans valeur en zinc, évidée pour économiser du métal, dont la valeur provisoire sera bien supérieure à leur valeur réelle.

JETON DE RÉFECTOIRE

Les Menier de Noisiel ont créé au cœur de la cité, trois grands réfectoires : un pour les hommes, un autre pour les femmes, le troisième mixte, pour les ménages ; espaces qui accueillaient également les ouvriers qui habitaient les environs de : Champs sur marne, Lognes, Gournay, Torcy. On pouvait y apporter le matin sa nourriture, qui était tenue au chaud jusqu'à l'heure des repas. Les prix étaient très abordables, en 1914 les rations de viande étaient à 20 centimes, les légumes et les desserts à 10 centimes, le pain coûtait moins cher que chez le boulanger, le vin se vendait 10 centimes la 1/2 bouteille, mais on ne distribuait d'alcool sous aucune forme. Des jetons en Maillechort étaient proposés aux ouvriers, de 5, 10, 15, 25 centimes et défalqués du salaire. Muni de ces jetons, l'ouvrier pouvait bien aller prendre son repas matin et soir aux réfectoires de Noisiel, mais il ne pouvait pas payer dans les différents magasins d'approvisionnement, ou payer son propriétaire. Un caducée stylisé atteste d'une hygiène irréprochable et de produits de qualité proposés par les services de l'entreprise Menier.

OCTOBRE 1912, LA HAUSSE DU SUCRE

Une nouvelle affaire de spéculation, le commerce des sucres traverse, depuis une quinzaine de jours, une crise très grave, due à une nouvelle affaire de spéculation. Des spéculateurs peu scrupuleux ont fait acheter par des courtiers le stock disponible d'août et de septembre, soit environ 200.000 sacs, et comme la fabrication du nouveau sucre commence à peine, ils se sont rendus maîtres du marché, si bien que le cours du sucre disponible est monté samedi à 48 francs, alors que le livrable de la nouvelle récolte reste coté à 30 francs 25. M. Gaston Menier, sénateur, président de la 14 Chambre syndicale des Chocolatiers et confiseurs, s'est rendu hier au ministère de la justice pour exposer à M. Briand la situation intolérable du marché des sucres. Le garde des sceaux a répondu à M. Menier qu'il allait saisir le procureur général et réclamer l'ouverture d'une instruction. Il n'y a guère que le commerce de détail qui soit à peu près épargné, car la hausse ne s'applique qu'au sucre brut et cristallisé ; le raffiné n'a subi qu'une légère augmentation. En résumé, la situation est des plus graves. La Chambre syndicale déplore ces procédés qui jettent la perturbation dans les affaires, La plainte déposée entre les mains du ministre de la justice par M. Gaston Menier, a été transmise au procureur général. Le ministère du commerce avait été avisé de cette spéculation et avait informé le ministère de la justice, seul ayant qualité pour agir en la circonstance.